2 lesbiennes surprises en plein acte dans un bar ont été condamnées à 14 ans de prison

2 lesbiennes surprises en plein acte dans un bar ont été condamnées à 14 ans de prison

La police de l’État d’Ogidi Anambra a arrêté deux jeunes femmes lesbiennes identifiées comme étant Chioma d’Umidioka dans la région du conseil municipal de Dunukofia, de l’État et une Amaka pour s’être prétendument livrées à des pratiques lesbiennes.

Les suspects, selon une source policière, ont été arrêtés alors qu’elles se livraient à l’acte dans un bar à bière appartenant à l’une d’elles.

Il a été établi de manière fiable que des membres de la famille homosexuelle et lesbienne de l’État ont commencé à mobiliser des avocats pour s’assurer que les deux femmes et leurs autres membres actuellement sous les filets de la police ne soient pas envoyés en prison.

Lire aussi :  U-15 : La Sierra Léone présente de vieux joueurs qui peuvent être les parents des autres joueurs

Il a en outre été constaté que la famille lesbianisme mobilise désormais des fonds auprès de ses membres dans d’autres parties de l’État avant leurs frais juridiques.

Notre correspondant a appris que l’officier de police divisionnaire d’Ogidi, DPO, Isah Mohammed, a promis de s’assurer que les suspects soient emprisonnés afin de servir de dissuasion pour les autres.

Lire aussi :  Incroyable : Ce pasteur convainc les fidèles à brouter des herbes comme des moutons, ce qui fut fait

Rappelons que le président Goodluck Jonathan a récemment promulgué un projet de loi interdisant les homosexuels et les lesbiennes.

L’un des suspects interrogés a avoué le crime, affirmant que c’était l’œuvre du diable. Elle a dit :

« S’il vous plaît, une de mes sœurs reste dans sa boutique au marché d’Ochanga à Onitsha, et je n’ai pas son numéro de téléphone en tête. S’il vous plaît, aidez-moi à supplier la police de me permettre de l’appeler. Je ne vivrai plus jamais dans une vie aussi sale », a-t-elle plaidé.

Lorsqu’il a été contacté, l’officier de police divisionnaire, DPO, M. Isah Mohammed, a confirmé l’histoire en insistant sur le fait que l’affaire doit être portée devant les tribunaux.

Lire aussi :  Burkina Faso : 9 morts dans les catastrophes naturelles

Mohammed a cependant conseillé à toutes les personnes intéressées d’aller attendre la police dans le tribunal, ajoutant que c’est là qu’elles “peuvent demander la caution des sales dames accusées pour leurs actions présumées”.

Selon la loi anti-gay du Nigeria, les suspects risquent 14 ans de prison chacun si elles sont reconnus coupables.

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi