Affaire Jenny Bsg défigurée : Son fiancé docteur idéologie sort enfin de son silence

Docteur idéologie Jenny Bsg Creol
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

 « Ça m’a pris du temps, j’ai beaucoup réfléchi et j’ai conscience que je ne suis pas un homme parfait », sont les premiers mots d’excuses de docteur idéologie après le scandale de violences conjugales sur sa fiancée la danseuse Jeny Bosenge. On se souvient très bien ce jour où la jeune femme a publié sur les réseaux son visage gonflé et défiguré.

En effet, le web comédien est sorti de son silence ce jeudi 14 octobre pour présenter ses sincères excuses à tous ceux qui ont été affectés de près ou de loin par son acte.

« Beaucoup d’entre vous ont vu les images choquantes et cela a dû sûrement vous blesser ou vous décevoir … J’aimerai que vous sachiez que ça ne reflète pas mon image, ma personnalité, ni mon éducation. « , a-t-il écrit

Et d’ajouter :

« Je regrette sincèrement cette situation et je réitère publiquement les excuses exprimées aux personnes déjà en privé auparavant.
Je tiens également à m’excuser auprès de tous. Spécialement aux femmes qui subissent réellement ce genre de choses au quotidien et n’ayez surtout pas peur, signalez ces genres de comportement.


Peu importe qui nous sommes, je ne suis pas fier de cette situation et j’espère être un exemple de courage et d’humilité à travers ce message ».

L’affaire est allée jusqu’au niveau de la police où les deux ex fiancés avaient été entendues. Elle avait aussi fait l’objet des informations dans les médias belges.

LIRE AUSSI : Créol : Violence de Docteur idéologie sur sa femme Jenny BSG, la chanteuse s’en mêle !

0

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi