Affaire policière meurtrière : Caroline Kangogo s’est-elle suicidée ?

Caroline Kangogo policière kényane recherchée
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le corps de la policière Caroline Kangogo suspectée de la mort de ses 2 collègues est retrouvé chez ses parents.

C’est une traque nationale qui a tenu le pays en haleine qui vient de prendre fin. La jeune femme de 34 ans est suspectée d’avoir tué par balles deux hommes au début du mois : un de ses collègues policiers et un homme d’affaires avec qui elle entretenait une relation.

Le corps de Caroline Kangogo, la policière recherchée depuis le 5 juillet, a été retrouvée vendredi matin tôt au domicile de ses parents. Elle était depuis dix jours en cavale. Une équipe composées d’unités spéciales de la police et de l’armée avait été mobilisée pour la retrouver. Mais sans succès.

Les spéculations sur ses déplacements se multipliaient ces derniers jours. Caroline Kangogo se serait finalement rendue dans la nuit de jeudi à vendredi au domicile de ses parents, dans l’ouest du Kenya, où elle aurait perdu la vie. Après onze jours de traque, c’est sa mère qui y a retrouvé son corps vendredi matin, aux alentours de 8h. Avec une blessure par balle à la tête et son pistolet à côté.

La piste du suicide est pour le moment mise en avant par les enquêteurs. Mais des examens doivent encore avoir lieu pour confirmer les circonstances du décès. Ses parents disent ne pas l’avoir vu arriver, ni même avoir entendu de coups de feu. Il faut dire que la jeune femme se trouvait dans des toilettes situées dans le jardin, à 50 m de la maison.

LIRE AUSSI : Kénya : Qui est la mystérieuse policière Caroline Kangogo la meurtrière la plus recherchée du pays ?

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi