Afrique du Sud : « Fermez vos jambes et ouvrez vos livres ! « , une ministre prévient les élèves

éducateur enceinte 4 élèves fuite
[wp_applaud]
[wp_applaud]

Des statistiques montrent que près de 33 400 filles de moins de 17 ans ont accouché en Afrique du Sud en 2020, une situation que Save the Children attribuerait au manque d’accès à une éducation sexuelle complète, à des services de santé abordables et appropriés.

Selon la BBC, elle a conseillé les apprenants lors de sa visite à l’école secondaire Gwenane dans le canton de Sekgakgapeng mercredi pour marquer le premier jour de la nouvelle année scolaire.

« À la petite fille, je dis : Ouvrez vos livres et fermez vos jambes. N’ouvrez pas vos jambes, ouvrez vos livres. Merci beaucoup », aurait dit Phophi Ramathuba aux étudiants.

Utilité de l’utilisation des tests de grossesse chez les hommes

Lire aussi :  Une mère débarque avec une bande de voyou à l'école de son enfant pour tabasser les enseignants (vidéo)

Mais elle s’est attiré les foudres de nombreuses féministes, dont la politicienne de l’opposition Siviwe Gwarube, qui a déclaré que les conseils du ministre aux étudiantes étaient « profondément problématiques ».

« C’était l’occasion d’avoir une conversation significative avec ces apprenants sur le consentement… Au lieu de cela, vous blâmez la victime. Mettre une pression indue sur les filles », a écrit la femme politique sur Twitter

Un autre utilisateur de médias sociaux était d’accord avec Siviwe Gwarube, disant :

« Ce n’est pas une façon appropriée de parler aux enfants d’abus, de sexe et de consentement. »

Pendant ce temps, Ramathuba a déclaré que son discours avait été mal interprété, ajoutant qu’elle n’avait pas laissé de côté les étudiants masculins lorsqu’elle avait donné des conseils.

« J’ai dit aux garçons de se concentrer sur leur éducation et de ne pas coucher avec des filles », a-t-elle déclaré au site d’information sud-africain TimesLIVE.

Elle a ajouté que bien que ses détracteurs n’apprécient pas son motif, les étudiants eux-mêmes n’avaient aucun problème avec ce qu’elle a dit.

« Ils disaient même qu’ils avaient peur de dire ces choses et m’ont remercié d’avoir appelé un chat un chat. »

Côte d’Ivoire : des jupes amples pour lutter contre la grossesse en milieu scolaire

Lire aussi :  Russie : Un chien se sacrifie pour sauver la vie d’un petit garçon attaqué par un loup
Tim Treza
Suivez-moi

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi