Afrique du Sud : Le meurtre homophobe qui secoue le pays

Afrique du Sud meurtre homophobe
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

L’Afrique du Sud est actuellement secoué par le procès d’un crime homophobe commis en 2017. Un gang avait enlevé un couple de lesbiennes , les a torturé, violé ; puis a suspendu leurs corps avant de les brûler.

Les victimes de ce meurtre homophobe étaient Anisha et Joey van Niekerk.

Afrique du Sud meurtre homophobe

Les deux femmes ont été soumises à cette horrible épreuve après leur enlèvement en décembre 2017, à Mooinooi, près de Brits, en Afrique du Sud. Après l’enlèvement, elles ont été brutalement violées l’une devant l’autre et l’une d’elles a été agressée sexuellement plus d’une fois.
Le gang a ensuite suspendu leurs corps par des crochets à viande au plafond d’un conteneur d’expédition. Des documents judiciaires révélés ont montré que, alors que les pieds des deux femmes pendaient, l’un de leurs agresseurs a raccourci le nœud coulant de sorte qu’elles sont mortes d’une mort lente et très douloureuse.

Les papiers du tribunal révèlent également qu’Anisha a été témoin de la mort de Joey, elle était toujours liée aux crochets à viande avant d’être également tuée.
En dehors de tout cela, le gang pervers a quand même décidé de brûler leurs corps et de regarder les corps de leurs victimes se transformer en cendres. Selon le juge qui s’est occupé de l’affaire, leurs os restants ont été broyés en morceaux avant d’être enterrés.

Le juge a déclaré dans les documents judiciaires que le crime était alimenté par « l’avidité maléfique ».
La police a déclaré que la personne derrière les meurtres, Koos Strydom, voulait le terrain où vivaient les victimes.
Le couple l’avait mis en vente, mais Strydom ne pouvait pas se le permettre. Alors lui et sa femme ont concocté un plan pour enlever les Van Niekerk et les forcer à signer un faux contrat d’achat.

Lire aussi :


Après avoir signé l’accord, Strydom a tué les femmes afin qu’elles ne puissent pas aller à la police. Selon des témoins oculaires, les femmes nues ont plaidé pour que leurs vies soient épargnées avant le début de la torture.
Strydom est maintenant mort. Il s’est suicidé en prison en attendant son procès pour son implication dans le crime. En condamnant les autres membres du gang, le juge Bert Bam a déclaré :


« Vous êtes un gang de criminels mal intentionnés. Ce crime est inhumain, cruel, mauvais et tout simplement méprisable ».

Mercia Strydom, l’épouse de Koos, a plaidé auprès du tribunal pour qu’on lui pardonne le rôle qu’elle a joué dans le crime. Elle a prétexté le fait qu’elle n’avait que 21 ans à l’époque. Elle a toutefois été condamnée à deux peines d’emprisonnement à perpétuité, ainsi qu’à 69 ans supplémentaires de prison.

Un autre membre du gang, Alex Modau, a également été condamné à deux peines d’emprisonnement à perpétuité, avec 54 ans supplémentaires. Deux frères, Jack et James Sithole, ont été informés qu’ils purgeraient à vie avec 54 ans de prison supplémentaires.
Le juge a ajouté :


« Le fait que vous pensiez que vous pourriez vous en tirer avec cela est stupéfiant, car les gens ne disparaissent pas simplement. »

Lire aussi :

La famille des victimes a partagé son soulagement après l’annonce de la peine de prison.

Afrique du Sud meurtre homophobe

La sœur de Joey, Rina Payne, avait précédemment déclaré que les trois années suivant la mort du couple avaient été un enfer. Elle a dit :


« C’était insupportable d’écouter ce que ma sœur et Anisha ont dû endurer avant et après leur mort. Je suis juste heureuse que les tueurs payeront pour ce qu’ils ont fait. »

Lire aussi :

0

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi