Aicha Huang : Découvrez la Chinoise arrêtée au Ghana pour exploitation illicite de minerais

Aicha Huang

Au Ghana, la main a été de nouveau mise sur une Chinoise du nom d’Aisha Huang qui s’appropriait illégalement les minerais du pays.

L’actualité est fortement dominée dans le pays par le procès de la Chinoise connue sous le nom d’Aisha Huang. Elle alors est accusée d’exploitation minière illégale.

En effet, selon les informations rapportées par les médias, il y a cinq ans, la femme d’affaires avait été poursuivie pour les mêmes faits d’exploitation illicite de minerais et de ressources. Elle aurait exploité de manière illégale de l’or et du bois dans la région d’Ashanti.

Lire aussi :  Maeva Ghennam tacle Booba sur son anatomie : "tu as un petit zizi"

L’opinion publique ghanéenne garde également en tête le flou qui entoure sa sortie du pays à l’issue des premières poursuites qui ont été engagées contre la ressortissante chinoise.

Alors que les autorités gouvernementales ghanéennes indiquent qu’elle a été rapatriée ou expulsée, la justice quant à elle évoque plutôt une fuite. Le président ghanéen a lui-même contribué à entretenir la confusion dans cette affaire en déclarant devant la presse qu’il n’était pas à même de déclarer si la Chinoise avait été expulsée ou rapatriée.

Lire aussi :  Regina Daniels : Davido aperçu avec le fils de l'actrice en main, la toile s'interroge

S’écroule en plein procès

Au cours de sa récente comparution devant la justice ghanéenne pour le même dossier, la femme d’affaires s’est effondrée devant le tribunat et a dû être évacuée d’urgence à la clinique de la Haute Cour pour des soins médicaux.

Elle comparaissait devant la justice ghanéenne ce mercredi aux côtés de trois autres personnes.

Lire aussi :  Scandale-Burna Boy : Une photo de son gigantesque p£nis fuite sur la toile (photos)

Aisha Huang est ainsi accusée de trois chefs d’accusation. Implication dans des opérations minières à petite échelle, contrairement à l’article 99 (1) de la loi de 2006 sur les minéraux et l’exploitation minière (loi 703).

Son retour au Ghana pour les mêmes activités illicites suscite beaucoup de commentaires au sein de l’opinion publique. Pour certains, elle bénéficierait d’un soutien des autorités ghanéennes.

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi