Amazon : Les employés obligés d’uriner dans les bouteilles ? la société répond

Amazon employés urinent dans bouteilles
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Entre la ponctualité stricte dans les livraisons et l’envie naturelle d’aller aux toilettes, les employés d’Amazon sont souvent obligés d’uriner dans des bouteilles plastiques.

Cela concerne principalement les livreurs et les conducteurs de camions de livraison, qui doivent respecter des quotas horaires très stricts : en moyenne, le rendement atteint 400 livraisons de colis et 200 arrêts en camion, le tout dans une journée de 10 heures.

Amazon a été alerté en retrouvant des bouteilles d’urine dans les camions des livreurs, parfois même pire, des grosses commissions enfouies sous des vêtements. Vice raconte que pour ne pas avoir besoin d’aller aux toilettes, certains employés sont prêts à ne pas boire ni manger, ce qui peut entraîner malaises et déshydratation. D’autres se retiennent toute la journée ou achètent des urinoirs féminins (appelés aussi « pisse-debout ») pour se soulager.

Amazon employés urinent dans bouteilles

Amazon nie les faits

Alors, comme solution, on autorise les pauses-pipi ? Pensez-vous : loin de se remettre en question, l’entreprise a adopté une politique de la « tolérance zéro » : toute personne surprise à uriner dans une bouteille est immédiatement licenciée, idem si des contenants sont retrouvés dans le camion. Non seulement le géant fait passer le rendement avant la santé de ses employés, mais il se défend d’un manque d’accès aux structures sanitaires.

L’entreprise a même répliqué, sur Twitter :

« Vous ne croyez pas vraiment à cette histoire de pisser dans des bouteilles, n’est-ce pas ? Si c’était vrai, personne ne travaillerait pour nous. » Le scandale a pris de l’ampleur aux Etats-Unis : Amazon est poursuivi en justice à cause du non-respect des temps de pauses obligatoires.

Les manquements liés aux conditions de travail ne sont pas nouveaux chez le magnat de la livraison, qui affichait 320 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020. Alors qu’un vote historique se prépare sur la création d’un syndicat en Alabama, qui serait le premier du genre, Amazon contre-attaque par les réseaux sociaux en payant des employés pour dire du bien de l’entreprise. On nage en pleine hypocrisie.

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi