Angélique Kidjo & Yemi Alade : Quel message se cache vraiment derrière leur nouveau clip « Dignity » ? (Vidéo)

Angélique Kidjo yemi Alade dignity vidéo
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Angélique Kidjo est une star de la chanson béninoise très engagée et il y une semaine, ce qui la reliait à son homologue nigériane Yemi Alade était seulement la reprise de sa chanson culte « Wombo Lombo ».

Récemment, les deux stars ont sorti un single nommé « Dignity » dénonçant les violences policières pas seulement aux USA mais aussi au Nigéria. Cette chanson a été conçue pour accompagner le mouvement #ENDSARS déjà créé dans le pays de Yemi Alade par des jeunes qui en ont eu assez des violences policières.

En effet, la Special Anti-Robbery Squad (SARS) a été vivement critiquée en 2020 à cause des violences et brutalités qu’on subit beaucoup de jeunes nigérians de leur part et des manifestations aussi houleuses les unes que les autres ont eu lieu. Les faits qui leur étaient reprochés par la population étaient notamment des arrestations arbitraires, des tortures et même des assassinats.

« Beaucoup de gens pensent que la brutalité policière ne se produit qu’en Amérique, mais elle est partout. (…) Cette chanson est contre la brutalité, mais il s’agit aussi de la façon dont nous devons nous traiter les uns les autres avec dignité, traiter la nature avec dignité, et nous traiter avec dignité. Parce que si nous ne pouvons pas voir la dignité que Mère Nature nous a donné à tous, alors comment pouvons-nous marcher la tête haute. « 

Angélique Kidjo,

LIRE AUSSI : #EndSARS : Le procès contre Twitter a été ajourné car Adamu Garba et ses avocats n’ont comparu pas devant le tribunal

En parlant de racisme, elle rajoute aussi :

« Le problème du racisme, c’est l’ignorance. Les gens n’ont pas appris et ils ne comprennent pas. Ma musique est une façon de collaborer avec le monde entier et de faire comprendre qu’il n’y a pas de différences. Quand on aime le blues, le jazz, le funk, la salsa, le gospel ou le rock’n’roll, on aime l’Afrique ; c’est l’Afrique ! »

Jeune Afrique, Angélique Kidjo

Avec l’aide de Yemi Alade, la Mama Africa selon certains internautes, elle concocte ce délice musical et apporte ainsi sa contribution à la lutte contre l’homophobie, le racisme et les violences policières.

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi