Arabie Saoudite : Attaque au couteau du consulat français à Djeddah

Consulat français Djeddah
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Un citoyen saoudien a blessé un garde lors d’une attaque au couteau jeudi au consulat français de la ville de Djeddah sur la mer Rouge. Depuis quelques jours, la France est, de plus en plus, confrontée à une colère croissante face aux caricatures satiriques du prophète Mahomet.

L’assaut, du consulat français à Djeddah, est survenu le même jour qu’une autre attaque au couteau dans une église de Nice.

Consulat français Djeddah

L’attaque a fait trois morts et plusieurs autres blessés, dans ce que les autorités considèrent comme la dernière attaque jihadiste visant à secouer la France. Le consulat de France à Djeddah a déclaré dans un communiqué :

« L’agresseur a été appréhendé par les forces de sécurité saoudiennes immédiatement après l’attaque. Le garde a été transporté à l’hôpital et sa vie n’est pas en danger ».

La police de la province occidentale de La Mecque, où se trouve Djeddah, a déclaré que l’attaquant était saoudien, mais n’a pas donné la nationalité du garde, qui, selon eux, avait subi des blessures mineures.

L’ambassade de France à Riyad a exhorté ses ressortissants en Arabie saoudite à faire preuve d’une « extrême vigilance ».

La sécurité autour du consulat de Djeddah a été renforcée, des voitures de police saoudiennes patrouillant autour du complexe à intervalles réguliers.

Ni les autorités saoudiennes ni le consulat de France n’ont donné de motif possible à l’attaque.

Consulat français Djeddah

Mais cela survient après que le président français Emmanuel Macron ait vigoureusement défendu la publication de caricatures du prophète Mahomet, par le magazine satirique français Charlie Hebdo pour des raisons de liberté d’expression.

Macron a également attiré la colère du président turc Recep Tayyip Erdogan ainsi que d’autres pays à majorité musulmane. Le gouvernement d’accord national de la Libye, reconnu par l’ONU, a « fermement condamné » ses propos, exigeant des excuses.

0

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi