Assassinat du président haïtien : son épouse révèle des détails effrayants

Jovenel Moise femme Martine Marie Joseph mort
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Dans sa première interview après l’assassinat de son mari, la première dame a déclaré qu’elle envisageait de briguer le siège présidentiel.

La veuve, qui était avec son mari lorsqu’il a été tué, a également été blessée par balle lors de l’incident mortel. Elle a ensuite été transportée par avion au Jackson Memorial Hospital de Miami pour y être soignée. Et Martine, qui se remet toujours des blessures par balle au bras, a déclaré au New York Times qu’elle explorerait la possibilité de se présenter à la présidence après avoir subi les dernières opérations chirurgicales sur sa blessure.
« Le président Jovenel avait une vision et nous, Haïtiens, n’allons pas la laisser mourir », a-t-elle déclaré. La première dame a également décrit ce qui s’est passé la nuit de l’assassinat de son mari, en disant : « La seule chose que j’ai vue avant qu’ils ne le tuent, ce sont leurs bottes.
« Ensuite, j’ai fermé les yeux et je n’ai rien vu d’autre », a-t-elle poursuivi, ajoutant que les tueurs pensaient qu’elle était morte lorsqu’ils sont partis.
Le chef de la police haïtienne a déclaré que l’assassinat du président Moise avait été planifié par des mercenaires de la République dominicaine voisine. Jusqu’à présent, 18 Colombiens ont été arrêtés en lien avec l’assassinat tandis que trois suspects ont été tués, selon France24 . La police a déclaré que la majorité des mercenaires colombiens présumés soupçonnés d’avoir commis l’assassinat du 7 juin sont arrivés en Haïti un mois avant le meurtre. Ils ont rejoint quatre autres agresseurs présumés arrivés plus tôt dans le pays des Caraïbes .
Outre les Colombiens, deux Haïtiens-Américains ont également été arrêtés tandis que des hauts responsables de la police de la nation insulaire sont également détenus alors que les enquêtes se poursuivent. Au cours de l’entretien, la première dame a suggéré qu’un oligarque du pays avait peut-être passé l’appel et fourni la logistique nécessaire à l’assassinat de son mari. Elle a également révélé que bien qu’il y ait plus de 30 gardes assurant la sécurité de leur résidence lorsque son mari a été tué, aucun d’entre eux n’a été abattu.
« Je ne comprends pas comment personne n’a été abattu », a-t-elle déclaré.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire : Gbagbo évoque avoir parlé de Soro avec Ouattara

Kevin Aka

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi