Aya Nakamura victime de violences conjugales dans le passé (photos)

Aya Nakamura
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Selon des rumeurs, Aya Nakamura aurait subi des violences conjugales et on a pu le constater, photo à l’appui.

Dans un épisode de Femmes Puissantes, la chanteuse la plus écoutée de France, s’est confiée à Léa Salamé sur ces qu’elle a subi un an et demi plus tôt.

En effet, tout a commencé par une photo qu’Aya Nakamura a mis en story d’Instagram ; sur la photo, on peut voir son visage tuméfié, signe qu’elle a été frappée et battue. En légende, elle écrit : « Merci qui ? ».

Lire aussi : Aya Nakamura aperçue dans les bras d’un célèbre rappeur, la toile s’interroge sur le sort de Vladimir

People : Victime de violences conjugales, Aya Nakamura a ndem Niska ! | Je  Wanda

 Après que des journalistes, les internautes et les fans s’en sont mêlés, la chanteuse a décidé de supprimer son post. Aujourd’hui, elle a confirmé que c’était son compagnon de l’époque qui l’avait battue.

Aya Nakamura s’explique clairement :

« J’aurais pu faire comme tout le monde et raconter ce qu’il s’était clairement passé… Je pense que j’ai été un peu lâche sur ce coup-là […]. En fait, je me dis, si ça arrivait à une de mes proches je serais révoltée donc pourquoi pas pour moi-même ? Aujourd’hui, je porterais plainte et, en plus de ça, j’essaierais de faire passer un message en racontant tout ce qu’il s’est passé. »

Les violences conjugales ne sont plus des incidents isolés ; des victimes sont de plus en plus confiants (parce qu’il y a des hommes aussi) et arrivent à dénoncer leurs bourreaux.

Lire aussi : Aya Nakamura feat Cardi B : Une bombe à retardement qui pourrait faire mal

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi