Bitcoin : Le p0rno se lance dans la cryptomonnaie, voici les détails

pornographie bitcoin cryptomonnaie
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

La cryptomonnaie est sans doute pour beaucoup d’industries la monnaie d’avenir et la pornographie n’est pas du reste et préfère prendre le devant des choses.

Pour rappel, la plateforme OnlyFans a annoncé bannir les contenus sexuels qui ont fait sa popularité à cause des exigences des services de payement en ligne.

OnlyFans est ensuite revenue sur sa décision, assurant avoir de nouveau le soutien de banques et opérateurs de paiements qui menaçaient de couper les ponts par crainte de voir leur réputation entachée.

Cette épisode pourrait accélérer le passage à la cryptomonnaie pour permettre des paiements anonymes aux acteurs du secteur en dehors du système bancaire traditionnel, relèvent experts et professionnels.

La pornographie a souvent été pionnière dans le décollage de nouveaux concepts

Les opérateurs de paiements et les banques devenant de plus en plus stricts et à la vue des récents soucis d’OnlyFans, « il est évident que la crypto va être la solution« , promet l’actrice britannique Adreena Winters, aussi figure de proue d’un nouveau site X qui accepte les cryptomonnaies.

« La pornographie a souvent été pionnière dans le décollage de nouveaux concepts, qu’il s’agisse de VHS, des paiements par carte de crédit en ligne et même d’Internet« , rappelle-t-elle.

« Donc je ne serais pas surprise que ce soit la pornographie qui fasse des cryptomonnaies un courant dominant« , conclut-elle.

Pour Jeff Dillon, directeur du développement chez Nafty, une plateforme de cryptomonnaies réservée à l’industrie du X, l’épisode d’OnlyFans « a fait plus pour nous que la plus chère des campagnes marketing« .

Le sexe mène la technologie

Lui aussi rappelle que l’industrie du sexe a ouvert la voie à d’autres innovations en ligne, comme les paiements par carte de crédit en ligne, et qu’elle pourrait le faire à nouveau avec les monnaies numériques si les opérateurs de paiement compliquent la tâche.

« Cela va multiplier l’élan pour les solutions de paiement cryptographiques et alternatives« , assure-t-il.

Dominic Ford, fondateur de JustFor. Fans, un rival d’OnlyFans qui accepte le bitcoin, précise que la cryptomonnaie ne représente qu’une petite fraction des transactions sur sa plateforme, car le processus est lourd.

Mais il admet que cette part pourrait gonfler rapidement si les plus populaires outils de transfert d’argent s’adaptent.

« Une cryptomonnaie qui fonctionne en ligne et transcende les frontières semble une évolution évidente comme le courrier électronique a été l’évolution du courrier« , résume dans un blog CumRocket, une startup qui a créé un jeton numérique appelé Cummies, spécialement pour les contenus pour adultes.

« Il s’agit vraiment d’une opportunité unique dans une vie, nous passons donc au niveau supérieur« , indique l’article de CumRocket qui a annoncé accélérer les travaux de sa plateforme.

« Les professionnels du sexe devraient avoir la possibilité de rejoindre une plateforme qui ne sera soumise à aucune restriction de traitement des paiements« , ajoute le blog.

Alors que le bitcoin et d’autres monnaies numériques restent d’une volatilité extrême, les opérateurs de contenus pour adultes disent qu’ils peuvent éviter ces problèmes en les utilisant pour des paiements immédiats sans les stocker.

Raisons immorales

OnlyFans n’est pas le seul service en ligne à avoir rencontré des obstacles avec les services de paiements.

Le site pornographique Pornhub, qui accepte la cryptomonnaie pour son service premium, a eu maille à partir l’année dernière avec Visa et Mastercard.

LIRE AUSSI : Kénya : Le Bitcoin bientôt monnaie nationale

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi