Booba : Rohff ressort des anciennes histoires de pédophilie sur le rappeur

Booba Rohff pédophilie
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Récemment, Booba a eu une violente altercation sur Twitter avec deux journalistes : Yérim Star et Medhi Maïzi, pour avoir critiqué son son « Rapti World ».

En effet, Yerim Star, pour répondre au clash de Booba à cause de sa critique, a sous-entendu des histoires de pédophilie, citant même R. Kelly. Ce qui n’a pas du tout plu au duc de Boulogne. Mais aujourd’hui, c’est à l’un de ses nombreux rivaux de prendre la relève, le rappeur Rohff.

Connu pour toujours se quereller souvent avec Booba, Rohff ne manque aucune occasion de lui lancer des piques mais cette fois-ci, il fait des révélations troublantes sur le passé de Booba.

 » Opè mais t’as reperdu le don de répondre en citant. Tu peux certifier que tu pointeras plus de mineures d’ici là ou c’est chaud ? Parce que t’as précisément demandé à Anne de virer quelqu’un pour cette raison quand même. N’oublie pas les smileys dans ta réponse. « 

 » Tata Anne a viré qui ? Pour quelle raison ? Que s’est-il passé cette nuit-là ? Quel âge avait-elle ? 13 ou 15 ans et demi ? Rappeuse ou stagiaire ? Epilée ou pas ? Consentante ou presque ? Tu tires ou tu pointes ? #ErKElie c’est réel. « 

A ce que l’on sache Yerim Star a publié dans sa story, sur Twitter, le fait que Booba ne payait pas les employés à OKLM, que le rappeur a été fouetté par Dam16 « comme un esclave » lors de leur bagarre et qu’il aurait fait partie d’un scandale sexuel incluant une mineure de 14 ans lors d’un concert de Dakar.

LIRE AUSSI : Booba : « J’ai rien dit sur ta femme, elle est jolie en plus », voici pourquoi il clashe ces deux journalistes

Booba, quant à lui, a supprimé ses anciens tweets sur le sujet et semble vouloir se concentrer sur son single « Rapti World » qui se veut être un succès.

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi