Brenda Biya accusée de « dépenses inutiles » : Son frère répond

Brenda Biya
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Brenda Biya, la fille du président camerounais a récemment essuyé de vives critiques . Il lui était reproché de séjourner dans un hôtel qui coutait 5600 euros soit environs 3.600.000 Fcfa la nuit. Contre toute attente, un certain nommé Évrard Eyinga qui se considère comme le neveu du Président Paul Biya est venu à sa défense.

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, il s’est beaucoup indigné des attaques et critiques essuyées par sa Brenda Biya. Venu en défense de cette dernière,  Évrard Eyinga n’a pas hésité à proférer des menaces aux détracteurs de Brenda Biya.

Lire aussi : Les camerounais se plaignent des dépenses «inutiles» de Brenda Biya

En effet, les éléments de la BAS sous la conduite de Calibri Calibrio et les Amazones du Bobbi Tanap avaient débarqué à l’hôtel et ont demandé que Brenda y soit expulsée. Ils ont par la même occasion, donné un délai de deux jours aux responsables du Plaza Hôtel pour exécuter l’ordre.

Le défenseur de la fille du président s’est indigné dans une vidéo publiée sur la toile ce vendredi 16 octobre 2020.

Brenda Biya

« Je viens ici vous dire que celui qui touchera à un cheveu de ma petite sœur, sachez que les répercutions seront à la hauteur de celles que vous-même vous avez provoquées. Vos familles également peuvent se retrouver en train d’être persécutées. Trop, c’est trop. Il est le président de tous les camerounais par conséquent, il est inconcevable de s’attaquer à un membre de sa famille. Je crois que vous sortez déjà de la politique », s’est-il adressé au groupe d’activistes basé à l’étranger et dont le propos est le départ du régime actuel de Yaoundé.

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi