Brésil/Covid-19: « Nous sommes en première ligne, nous faisons avancer l’économie et nous sommes à risque », les prostituées revendiquent leur droit au vaccin

Brésil vaccin prostituées covid 19
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Même si la prostitution n’est pas reconnue dans beaucoup de pays voire interdite dans d’autres, mais au Brésil, elle est légale et les prostituées veulent faire valoir leur droit. C’est ainsi, que des prostituées ont fait une marche de revendications de vaccins contre la Covid-19.

Récemment dans l’Etat de Minas Gervais, des prostituées ont envahi les rues protestant et revendiquant le vaccin pour elles aussi. Selon, elles, « elles sont en première ligne, elles font bouger l’économie et elles sont à risque« .

Brazilian sex workers go on strike for a week to demand they are among
Brazilian sex workers go on strike for a week to demand they are among
Brazilian sex workers go on strike for a week to demand they are among

Avec l’avènement des vaccins, il a été déclaré dans la majorité des pays, que les premiers à vaccinés seraient les personnes à risque, les travailleurs en première ligne dont le personnel médical etc.

Les prostituées se sont vite senties oubliées et ont donc décidé de marcher pour faire entendre leur voix. Sur les pancartes qu’elles portaient dans les rues de Minas Gervais, on peut lire :

« Les travailleuses de sexe sont des professionnelles!! »

« Travail du sexe et santé !!! »

« Nous sommes un groupe prioritaire, nous sommes des éducateurs en santé, des éducateurs pairs. Nous faisons partie de ce groupe, puisque nous donnons des informations sur les IST pour les hommes, distribuons des préservatifs. (…) Nous devons être vaccinées « 

Cida Viera , Présidente de l’association des prostituées de Minas Gervais

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi