Brésil : En prison, les détenus réduisent leurs peines de 4 j par 1 livre lu

Brésil peine de prison réduite livre
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Les prisons du Brésil ont eu une idée de génie. Quelle est la façon de résoudre la surpopulation carcérale, de promouvoir l’alphabétisation et de responsabiliser les détenus d’un seul coup ?
Offrez aux détenus la possibilité de raccourcir leurs condamnations en lisant !

Le gouvernement brésilien a récemment déployé un nouveau programme, « Rédemption par la lecture », qui permet aux détenus de réduire de quatre jours leur peine pour chaque livre qu’ils lisent, avec un maximum de 48 jours de congé par an. Le programme sera étendu à certains détenus de quatre prisons fédérales du Brésil détenant certains des criminels les plus notoires du pays.

Lire aussi :



Selon Reuters, un panel spécial déterminera quels détenus sont éligibles à participer. Les personnes choisies peuvent choisir parmi des ouvrages de littérature, de philosophie, de science ou des classiques, lisant jusqu’à 12 livres par an. Flash-back de l’école primaire : ils auront quatre semaines pour lire chaque livre et rédiger un essai qui doit « utiliser correctement les paragraphes, être exempt de corrections, utiliser des marges et une écriture jointe lisible », selon un avis publié lundi dans le journal officiel du Brésil.

L’avocat Andre Kehdi, qui dirige un projet de don de livres pour les prisons, a déclaré :


« Une personne peut sortir de prison plus éclairée et avec une vision élargie du monde ».


Et selon le New York Daily News, la tendance à raccourcir les peines par la lecture n’est pas nouvelle. Aux USA, des juges, comme la juge de district américaine Yvonne Gonzalez Rogers dans la région de la baie, ont distribué des dispositions similaires aux détenus désireux de raccourcir leur peine.


1
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi