Brigitte Macron : Sa fille Tiphaine Auzière se lance en politique

Tiphaine Auzière Macron
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Tiphaine Auzière, fille de la Première Dame française – Brigitte Macron – a laissé entendre qu’elle envisageait peut-être une carrière politique. Elle a déclaré à un journal qu’elle rencontrait souvent des ministres du gouvernement pour leur offrir des conseils.

Tiphaine Auzière, n’avait que dix ans lorsque sa mère, alors professeur d’art dramatique à l’école qu’elle fréquentait, a rencontré l’élève et futur président français Emmanuel Macron.

Tiphaine Auzière Macron

Désormais, à la suite du décès de son père très privé André-Louis Auzière, Tiphaine Auzière s’est encore davantage mise à l’honneur en donnant une interview à Paris Match.

Tiphaine Auzière Macron

Militante du parti « En Marche ! » du président Macron et avocate de formation, Auzière a déclaré au journal qu’elle présentait souvent aux ministres du gouvernement ses derniers projets et offrait parfois même ses propres conseils sur les politiques.
Mais elle a tenu à souligner qu’elle ne serait jamais gênée par les règles de l’Élysée, en disant : « J’agis et je (les informe) après».

Auzière, a admis lors de l’interview qu’elle a commencé à appeler le président Macron « l’OVNI» quand il a commencé à sortir avec sa mère. Elle a déclaré que sa réputation de « chef des riches » lui faisait mal, ajoutant :


« Les gens ne savent pas ce qu’il a fait ».

Tiphaine Auzière Macron


Elle a aussi spéculé sur le fait que le parti n’était pas en mesure de transmettre son message bien au-delà de sa base parisienne.

Tiphaine Auzière, qui vit dans la ville portuaire de Calais, a raconté au magazine qu’elle s’était rendue à Paris pour discuter des politiques juridiques avec Éric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice. Elle a déclaré :


« Nous avons parlé, entre autres, de l’accompagnement des victimes, de la réforme des prisons et de la réinsertion. »

La militante a été impliquée dans des problèmes locaux, notamment la lutte contre la violence domestique, l’arrêt des fermetures de salles de classe et une campagne contre un parc éolien. Elle a cependant ajouté qu’elle n’était qu’une « citoyenne engagée » plutôt qu’une future politicienne.
Malgré cela, il y a des rapports d’alarme à l’Élysée sur le retour de flamme de certains projets d’Auzière.

Tiphaine Auzière Macron


Ce n’est pas la première fois que la belle-fille du Président laisse entendre qu’elle pourrait vouloir faire partie du gouvernement de son beau-père.
Des rumeurs ont surgi lorsqu’elle avait ouvert un collège privé de sixième à Paris le mois dernier. Certains ont pris son implication dans l’école, qui a des frais annuels de 9.500 €, pour signifier que le président Macron avait tourné le dos à l’éducation publique.

L’école a ensuite été ternie d’allégations selon lesquelles son co-fondateur, Christophe Cadet, un pédagogue, s’engageait dans des « relations » inappropriées avec des élèves de sexe masculin d’une autre école et avait des liens avec des fondamentalistes catholiques.

Lire aussi :

Tiphaine Auzière a également son défunt père, dont la mort n’a été révélée que dans l’interview.

Tiphaine Auzière Macron


André-Louis Auzière s’est retiré de la vie publique après que Brigitte Macron l’ait quitté pour le futur président.
Il a évité assidûment les interviews après que le couple et leur histoire d’amour soient devenues une nouvelle internationale après la victoire électorale d’Emmanuel Macron en 2017.
André-Louis Auzière était aussi le père de Laurence Auzière-Jourdan, la sœur aînée de Tiphaine, cardiologue qui était dans la même classe que le président Macron à l’école.

Lire aussi :

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi