Brigitte Macron : Sa fille Tiphaine Auzière se lance en politique

Tiphaine Auzière Macron
[wp_applaud]
[wp_applaud]

Tiphaine Auzière, fille de la Première Dame française – Brigitte Macron – a laissé entendre qu’elle envisageait peut-être une carrière politique. Elle a déclaré à un journal qu’elle rencontrait souvent des ministres du gouvernement pour leur offrir des conseils.

Tiphaine Auzière, n’avait que dix ans lorsque sa mère, alors professeur d’art dramatique à l’école qu’elle fréquentait, a rencontré l’élève et futur président français Emmanuel Macron.

Tiphaine Auzière Macron

Désormais, à la suite du décès de son père très privé André-Louis Auzière, Tiphaine Auzière s’est encore davantage mise à l’honneur en donnant une interview à Paris Match.

Tiphaine Auzière Macron

Militante du parti « En Marche ! » du président Macron et avocate de formation, Auzière a déclaré au journal qu’elle présentait souvent aux ministres du gouvernement ses derniers projets et offrait parfois même ses propres conseils sur les politiques.
Mais elle a tenu à souligner qu’elle ne serait jamais gênée par les règles de l’Élysée, en disant : « J’agis et je (les informe) après».

Auzière, a admis lors de l’interview qu’elle a commencé à appeler le président Macron « l’OVNI» quand il a commencé à sortir avec sa mère. Elle a déclaré que sa réputation de « chef des riches » lui faisait mal, ajoutant :


« Les gens ne savent pas ce qu’il a fait ».

Tiphaine Auzière Macron


Elle a aussi spéculé sur le fait que le parti n’était pas en mesure de transmettre son message bien au-delà de sa base parisienne.

Lire aussi :  Urgent : Denis Sassou Ngesso réélu président

Tiphaine Auzière, qui vit dans la ville portuaire de Calais, a raconté au magazine qu’elle s’était rendue à Paris pour discuter des politiques juridiques avec Éric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice. Elle a déclaré :


« Nous avons parlé, entre autres, de l’accompagnement des victimes, de la réforme des prisons et de la réinsertion. »

La militante a été impliquée dans des problèmes locaux, notamment la lutte contre la violence domestique, l’arrêt des fermetures de salles de classe et une campagne contre un parc éolien. Elle a cependant ajouté qu’elle n’était qu’une « citoyenne engagée » plutôt qu’une future politicienne.
Malgré cela, il y a des rapports d’alarme à l’Élysée sur le retour de flamme de certains projets d’Auzière.

Lire aussi :  Urgent-France : Le vaccin anglo-suédois AstraZeneka est suspendu jusqu'à nouvel ordre
Tiphaine Auzière Macron


Ce n’est pas la première fois que la belle-fille du Président laisse entendre qu’elle pourrait vouloir faire partie du gouvernement de son beau-père.
Des rumeurs ont surgi lorsqu’elle avait ouvert un collège privé de sixième à Paris le mois dernier. Certains ont pris son implication dans l’école, qui a des frais annuels de 9.500 €, pour signifier que le président Macron avait tourné le dos à l’éducation publique.

L’école a ensuite été ternie d’allégations selon lesquelles son co-fondateur, Christophe Cadet, un pédagogue, s’engageait dans des « relations » inappropriées avec des élèves de sexe masculin d’une autre école et avait des liens avec des fondamentalistes catholiques.

Lire aussi :  Drame : Une fillette de cinq ans a été abattue par son cousin de 3 ans

Lire aussi :

Tiphaine Auzière a également son défunt père, dont la mort n’a été révélée que dans l’interview.

Tiphaine Auzière Macron


André-Louis Auzière s’est retiré de la vie publique après que Brigitte Macron l’ait quitté pour le futur président.
Il a évité assidûment les interviews après que le couple et leur histoire d’amour soient devenues une nouvelle internationale après la victoire électorale d’Emmanuel Macron en 2017.
André-Louis Auzière était aussi le père de Laurence Auzière-Jourdan, la sœur aînée de Tiphaine, cardiologue qui était dans la même classe que le président Macron à l’école.

Lire aussi :

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi