Cameroun : Samuel Eto’o réussira-t-il à prendre la place de Paul Biya ?

cameroun samuel eto'o paul biya
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

En l’espace de deux jours, Samuel Eto’o a fait deux tweets qui laisseraient croire qu’il a finalement décidé de se lancer en politique et de briguer un mandat à la place de Paul Biya.

En effet, après l’annonce de la fin de sa carrière sportive en septembre 2019, ‘La Lettre du Continent’ indique qu’« après avoir soutenu le septième mandat de Paul Biya l’année dernière, il fait de moins en moins de mystère quant à sa volonté de se lancer (…) sur le modèle de Georges Weah au Libéria ».

Lire aussi : Ghana / Covid-19 : La date de la rentrée universitaire est fixée

Le 16 octobre dernier, il a soutenu dans un tweet qu’il est « avec les Camerounais » pour dire non au paiement de la taxe douanière de 33 % par les consommateurs pour l’achat de nouveaux terminaux téléphoniques. Et au lendemain 17 octobre, l’ancien joueur du Barça est allé plus loin dans un autre tweet, annonçant des actions concrètes pour mettre fin à la taxe controversée :

« C’est le comble du manque de respect envers le peuple camerounais, j’aurai des rencontres avec les personnes impliquées, ensemble nous ne pouvons pas accepter cette taxe ».

Samuel Eto’o

Mais si Eto’o Fils veut un jour se lancer dans la politique, il devra surmonter un gros obstacle : il a la nationalité espagnole. Pour l’heure, la double nationalité est interdite par le code de la nationalité camerounaise.

Eto’o a prouvé tout au long de sa longue et fructueuse carrière de footballeur qu’il pouvait surmonter les montagnes. Et donc, la barrière constituée par la double nationalité ne devrait pas faire reculer pour autant le multiple Ballon d’Or africain. En plus, en raison de sa proximité avec les chefs d’État et les grandes personnalités du monde, Eto’o a un carnet d’adresses à faire pâlir un homme politique camerounais.

Avec Cameroon Magazine

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi