Cameroun : Un opposant condamné à 18 mois de prison ferme

Cameroun : Un opposant condamnés à 18 mois d’emprisonnement
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Mamadou Mota, premier vice-président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a été condamné jeudi en appel à 18 mois de prison ferme.

Ce lieutenant de Maurice Kamto était poursuivi pour son implication dans la mutinerie du 22 juillet 2019 à la prison centrale de Kondengui, où il était écroué depuis le mois de juin.

Le 9 septembre 2019, le numéro 2 du MRC avait été condamné, à deux ans de prison ferme par le tribunal de première instance d’Ekounou, à Yaoundé.

Avant de faire appel, l’opposant a dénoncé « une condamnation politique. »

En appel, monsieur Mota a été reconnu coupable de rébellion en groupe et a écopé de 18 mois de prison ferme.

Une dizaine d’autres personnes dont les activistes anglophones Mancho Bibixy et Galim ont été condamnés à la même peine dans le cadre de cette affaire.

D’autres membres du MRC ont écopé de 16 mois de prison ferme dans le cadre de cette mutinerie.

En rappel, le 22 juillet 2019, plusieurs détenus dont ceux de la crise anglophone, ont manifesté à l’intérieur de la prison de Yaoundé-Kondengui contre leurs conditions de détention.

Lire aussi : Nigeria / Occultisme : Un faux pasteur démasqué en plein rituel magique

Des vidéos de la manifestation avaient été publiées en direct sur les réseaux sociaux. On pouvait y voir Mamadou Mota au milieu des détenus qui revendiquaient des meilleures conditions de détention et leur jugement.

Lors de la mutinerie, plusieurs bâtiments de la prison avaient été saccagés et incendiés. Des détenus VIP de l’opération épervier avaient subi des violences. Certains avaient été dépossédés de leurs biens par les mutins.

Source : Koaci

1

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi