Cameroun : Une serveuse transgenre déshabillée et fouettée pendant des heures sur la place publique

serveuse transgenre déshabillée fouettée
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Une serveuse transgenre a été déshabillée et battue par une bande d’hommes au Cameroun et l’agression, qui a duré plusieurs heures, a été filmée.

L’homme de 27 ans a été battu avec des brindilles, agressé sexuellement et humilié par la foule à Yaoundé le 15 novembre, selon Human Rights Watch.

Les images de l’agression ont été diffusées dans deux vidéos sur les réseaux sociaux et montrent Sara (nom fictif) frappée à plusieurs reprises par le groupe.

Une serveuse intersexe déshabillée et battue pendant des heures par une foule lors d’une attaque d’horreur

Selon les rapports médicaux, la victime a souffert de multiples hématomes sur tout le corps à la suite de l’agression.

Les médecins ont également déclaré que Sara devait être surveillée pendant 15 à 18 jours en raison des blessures graves et choquantes qu’elle avait subies.

Sara, qui est décrite comme intersexe par Human Rights Watch, aurait été agressée en raison de sa sexualité.

Il est illégal d’être homosexuel au Cameroun et ceux qui le sont peuvent être poursuivis de cinq ans de prison.

Le groupe a rencontré Sara dans un bar avant qu’elle ne soit traînée dehors, apparemment par ses cheveux, et agressée et humiliée.

Une serveuse intersexe déshabillée et battue pendant des heures par une foule lors d’une attaque d’horreur

Nkwain Hamlet, directeur exécutif du groupe camerounais de défense des droits LGBT+ Working For Our Wellbeing, a déclaré : « La récente attaque contre une personne intersexe dans la ville de Yaoundé est quelque chose à condamner fermement.

« Personne ne doit faire face à ce genre de traitement. »

À la suite de l’attaque, la Fondation camerounaise contre le sida (CAMFAIDS), une organisation de défense des droits humains, a déposé une plainte auprès de la police au nom de Sara en tant que victime d’agressions, de coups et de traitements inhumains et dégradants.

Le groupe apporte actuellement un soutien à Sara, y compris une assistance médicale et psychologique.

La police a arrêté un homme en lien avec l’attaque brutale, mais il a été relâché à peine 48 heures plus tard.

Human Rights Watch affirme que la police n’a pas fait de déclaration publique sur l’agression violente contre Sara.

Sur leur site Web, ils ont déclaré :

« Leur silence sur cet incident très médiatisé de violence insensée contre une victime LGBTI risque d’envoyer un message de tolérance pour de tels abus et souligne l’échec du gouvernement à protéger les Camerounais LGBTI.

« La police doit répondre de toute urgence à la plainte de CAMFAID, enquêter sur l’attaque contre Sara et traduire les responsables en justice. Elle doit également assurer la sécurité des militants LGBTI qui effectuent un travail crucial dans un climat d’intimidation et de violence. »

LIRE AUSSI : « J’ai été abandonné par ma mère quand j’avais 2 jours », le célèbre transgenre James Brown

0

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi