Congo Brazza : Faible mobilisation de la population pour les élections présidentielles

élections présidentielles Congo Brazzaville
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Près de 2,5 millions d’électeurs congolais ont commencé timidement à placer leur bulletin dans l’urne ce dimanche 21 mars dans plus de 5 700 bureaux de vote pour élire le chef de l’État. Au total, sept adversaires sont en lice dont le président sortant Denis Sassou-Nguesso, qui cumule 36 ans à la tête du pays. La campagne électorale s’est déroulée sans incident majeur. Un élément notable toutefois : l’un des principaux adversaires du président, Guy-Brice Parfait Kolélas, est hospitalisé, contaminé par le Covid-19.

Dans le bureau de vote du 5ème arrondissement, la mobilisation s’est avérée timide tout au long de la matinée. Il faut dire qu’on a commencé à voter avec une heure de retard dans la plupart de bureaux de vote où nous avons été, au sud, centre et nord de la ville.

LIRE AUSSI : Denis Sassou Nguesso : 9 choses importantes que vous pourriez ignorer sur le président congolais

Dans l’ensemble, ce n’est pas encore l’affluence des grands jours. Tout se passe dans le calme. Pas de circulation automobile dans la ville et Internet est coupée depuis le milieu de la nuit de samedi à ce dimanche.

élections présidentielles Congo Brazzaville

C’est après 11h30 que le président sortant Denis Sassou-Nguesso a voté. Il s’est exprimé sur l’état de santé de son principal adversaire, Guy-Brice Parfait Kolélas. À 60 ans, ce dernier est hospitalisé : il a été testé positif au Covid-19 ce vendredi après-midi 19 mars.

Il va être évacué vers la France, dans la journée, grâce aux efforts du gouvernement, annoncé le président sortant. Un avion médicalisé est arrivé tôt ce dimanche matin à Brazzaville.

Source : RFI

0

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi