Côte d’ivoire : Le gouvernement ouvre un dialogue avec l’opposition et la société civile

Côte d'Ivoire dialogue
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Un dialogue a été ouvert par le gouvernement d’Alassane Ouattara pour trouver un accord avec les partis d’opposition ainsi que la société civile. Puisque ces derniers continuent toujours de contester la réélection du président ivoirien à un troisième mandat.

Les discussions seront donc menées par le Chef de gouvernement Hamed Bakayoko. Ce dialogue doit se tenir alors que le secrétaire exécutif du PDCI Maurice Kakou Guikahué vient d’être évacué en France pour raisons de santé. Son état s’est détérioré alors qu’il était toujours emprisonné à la maison d’arrêt d’Abidjan.

 « Son état s’est dégradé. » C’est ce qu’affirme à RFI la communication du PDCI pour expliquer le transfert en urgence à Paris dans la nuit du samedi à dimanche de Maurice Kakou Guikahué.

Le numéro 2 de la formation politique faisait partie de la vague d’arrestations du 3 novembre dernier dans les rangs de l’opposition. Accusé d’atteinte à l’autorité de l’État, il était détenu à la MACA, la prison centrale d’Abidjan, jusqu’à son hospitalisation le 11 décembre au service de cardiologie du CHU de Treichville.

Ce transfert médical intervient alors que le Premier ministre Hamed Bakayoko ouvre ce matin le bal des discussions avec les partis d’opposition et la société civile, en vue de la préparation des législatives prévues pour le premier trimestre de l’an prochain. Ces rencontres font suite à la première prise de contact il y a plus d’un mois entre le chef de l’État Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié, qui conteste toujours la réélection du président à un troisième mandat en octobre dernier.

Lire aussi : Côte d’ivoire : Qui est le petit ami d’Eunice Zunon ?

Il y a une dizaine de jours, le patron du PDCI annonçait mettre fin à ce dialogue en tête-à-tête, en exigeant que tous les opposants devaient y participer. En invitant tous les partis et la société civile, le Premier ministre répond donc favorablement à cette requête. En revanche, la participation du parti historique à ces débats n’est pas encore garantie, le pouvoir n’ayant pas donné suites à ses autres conditions, à savoir la libération des prisonniers politiques et la présence d’un organe international, comme l’ONU, pour encadrer le dialogue.

Avec RFI

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi