Côte d’Ivoire : Yode et Siro condamnés à la prison

Yodé et Siro à Emma Lohoues: « Tu es comme un vin, jolie comme fête »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
[wp_applaud]
[wp_applaud]
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Après avoir publiquement traité le procureur Adou Richard de partialité, le duo ivoirien Yode et Siro a commencé à avoir des ennuis judicaires allant jusqu’à la condamnation à la prison avec sursis ce jeudi 3 décembre.

En effet, lors d’un concert dimanche, dans le quartier populaire abidjanais de Yopougon. Yode et Sioro ont accusé le procureur de ne poursuivre que les auteurs des crimes commis par un seul camp, après les violences électorales de ces dernières semaines.

Ces propos n’ont pas plu au procureur, Richard Adou, et depuis ce jeudi après-midi, les deux artistes sont entendus par la justice. Selon l’un de leurs avocats, Jean-Serge Gbougnon, ils sont entendus pour outrage à magistrat, troubles à l’ordre public et diffamation. Les deux artistes ont finalement écopé d’un an de prsion avec sursis et cinq millions d’amende.

« Le procureur il n’est plus procureur, Il est procureur d’un seul camp. C’est quel pays ça là ? Allez dire au procureur Adou Richard qu’un mort, c’est un mort, on ne passe pas son temps à chercher les petits Baoulés dans les villages pendant que d’autres sont ici avec des machettes et sont en train d’attaquer de pauvres gens », avait lancé les artistes devant des centaines de jeunes.

Les réactions sont nombreuses après leur interpellation. Les artistes ivoiriens sur la toile appellent à la libération de leurs collègues. « Libérez Yode et Siro! En tant qu’artistes engagés, ils n’ont fait que dire ouvertement ce que pensent certains Ivoiriens« , écrit par exemple Tiken Jah Fakoly sur sa page Facebook.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : L’opposant Affi N’Guessan serait dans un état critique et évacué d’urgence à l’hôpital

Les deux artistes ont finalement écopé d’un an de prsion avec sursis et cinq millions d’amende. Leurs avocats se disent déçus et affirment que c’est la liberté d’expression qui est menacée.

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi