Covid-19 : 11 lions d’Afrique testés positifs au virus

lion échappe réserve
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Plusieurs groupes de lions dans deux zoos distincts à travers les États-Unis ont été testés positifs à la COVID-19 , en particulier la variante delta, ont annoncé lundi les sanctuaires pour animaux.

Onze lions d’Afrique zoo de Denver dans le Colorado et quatre du zoo de Hogle dans l’ Utah ont été observés présentant des symptômes du virus, notamment la toux, les éternuements et la léthargie.

Les 11 lions du zoo de Denver, tous âgés de 1 à 9 ans, ont été testés par écouvillonnage nasal au laboratoire de diagnostic vétérinaire de la Colorado State University à Fort Collins, et confirmés positifs par les laboratoires nationaux des services vétérinaires du département de l’Agriculture des États-Unis.

« Il y a eu un certain nombre de grands félins qui ont contracté COVID-19 dans les zoos de tout le pays, y compris nos deux tigres, Yuri et Nikita », a déclaré Brian Aucone, vice-président principal des sciences de la vie pour le zoo, dans un communiqué . 

«Heureusement, la grande majorité s’est complètement rétablie, et l’avantage est qu’il existe une base de connaissances établie sur laquelle nous pouvons puiser pour aider à traiter nos animaux. 

« Nous avons été en contact avec d’autres zoos qui ont également récemment géré des cas de COVID chez leurs grands félins pour informer les soins que nous fournissons. »  

Plusieurs fiertés de lions dans différents zoos à travers les États-Unis ont été testées positives pour la variante delta de COVID-19+4

Plusieurs fiertés de lions dans différents zoos à travers les États-Unis ont été testées positives pour la variante delta de COVID-19

Onze lions d'Afrique du zoo de Denver ont été testés positifs pour le virus et ont été observés présentant des symptômes du virus, notamment la toux, les éternuements et la léthargie.

Onze lions d’Afrique du zoo de Denver ont été testés positifs pour le virus et ont été observés présentant des symptômes du virus, notamment la toux, les éternuements et la léthargie.

Les 11 lions du zoo de Denver ont entre 1 et 9 ans, mais la plupart se sont rétablis

Les 11 lions du zoo de Denver ont entre 1 et 9 ans, mais la plupart se sont rétablis

Le zoo abrite deux fiertés de lions – la première composée de quatre frères de 6 ans et la seconde est composée d’un groupe familial de trois mâles (entre 1 et 5 ans) et quatre femelles (entre 1 et 5 ans) 9).

Tous ont commencé à montrer des symptômes après que le zoo a annoncé que Yuri et Nikita (une partie du groupe familial) ont été testés positifs, mais  » rien n’indique que les deux groupes de cas positifs sont liés « , a ajouté le zoo.

Aucun des lions n’a encore été vacciné, a déclaré le zoo de Denver, mais ils le seront – avec les tigres du zoo – une fois que de nouvelles doses du vaccin spécifique aux animaux seront disponibles.

Le zoo a ajouté qu’il surveillerait et surveillerait le comportement et les symptômes des lions.

Le zoo Hogle de l’Utah fait également face à une petite épidémie de COVID-19 dans sa population de lions, car quatre des cinq lions africains du zoo ont été testés positifs via un écouvillon nasal.

Les responsables du zoo ont déclaré qu’ils ne savaient pas comment les lions avaient contracté le virus.

« La santé et la sécurité du personnel, des animaux et des visiteurs de l’UHZ continuent d’être notre principale préoccupation », a écrit Hogle Zoo dans un article sur Facebook .

«Avant ces cas positifs chez les lions, UHZ a établi un plan de sécurité COVID-19 strict pour le soin des animaux.

« Les protocoles existants tels que l’augmentation des EPI (équipements de protection individuelle), la participation réglementée du personnel, l’augmentation des procédures de nettoyage et la surveillance de la santé du personnel continuent d’être appliqués. »

Quatre des cinq lions du zoo Hogle de l'Utah ont été testés positifs via un écouvillon nasal.  Les lions continueront d'être exposés aux téléspectateurs, "car il n'y a aucun risque connu pour le public", a déclaré le zoo

4 lions du zoo Hogle de l’Utah ont été testés positifs

Quatre des cinq lions du zoo Hogle de l’Utah ont été testés positifs via un écouvillon nasal. Les lions continueront d’être exposés aux téléspectateurs, « car il n’y a aucun risque connu pour le public », a déclaré le zoo

Les lions continueront d’être exposés aux téléspectateurs, « car il n’y a aucun risque connu pour le public », a ajouté le zoo dans le communiqué.

« Conçu comme un environnement en plein air pour imiter au mieux leur environnement naturel à l’état sauvage, cela permet une distance de sécurité pour voir les animaux. »

Le zoo a déclaré qu’aucun autre animal dont il s’occupait ne présentait de symptômes d’infection, mais qu’il resterait vigilant quant à la sécurité.

« Nous restons extrêmement prudents et vigilants pendant la pandémie, en mettant l’accent sur la sécurité du personnel, des invités et des animaux », a déclaré le Dr Nancy Carpenter

Le zoo a déclaré qu’il continuerait à surveiller les lions « pour déceler une aggravation des symptômes, mais actuellement, ils « continuent de bien se porter et ne montrent que des signes légers ».

« Nous gardons espoir que l’infection se résoudra et qu’ils se rétabliront naturellement d’eux-mêmes », a déclaré Bob Cisneros, directeur associé des soins aux animaux.

Les chats semblent être «légèrement sensibles» au COVID-19, selon le Cornell University College of Veterinary Medicine . 

Cependant, la gravité de la maladie qui cause le SRAS-CoV-2 n’est pas claire pour le moment.

En juillet, une étude a révélé que les chats domestiques sont plus sensibles aux infections à coronavirus que les chiens. 

Il n’y a aucune preuve que le SRAS-CoV-2 puisse être transmis des chats aux humains, mais les Centers for Disease Control and Prevention recommandent que si un gardien de félin est diagnostiqué avec COVID-19, il devrait se mettre en quarantaine des personnes et des animaux. 

La semaine dernière, un chat domestique à poils courts du comté d’Ingham, dans le Michigan, est devenu le premier animal de compagnie de l’État à être testé positif au COVID-19.

Le chat éternuait beaucoup, mais s’est rétabli depuis.

Par ailleurs, en juillet, le département américain de l’Agriculture a déclaré  que plus de la moitié des cerfs de Virginie du Michigan étaient infectés par COVID-19, suscitant des inquiétudes concernant un grand réservoir viral parmi les animaux sauvages.

LIRE AUSSI : Anti-covid-19 : le Togo reçoit de nouvelles doses du vaccin chinois Sinovac

0

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi