Covid-19 : Une femme âgée décède après avoir attrapé le virus à deux reprises, le premier décès signalé par réinfection

Covid-19 réinfection
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Une femme âgée des Pays-Bas est devenue la première personne connue à mourir après avoir attrapé le Covid-19 à deux reprises, selon des experts médicaux, soulevant des questions sur la durée de l’immunité et des anticorps.

C’est la première fois que quelqu’un décède des suites d’une deuxième réinfection du Covid-19.

Cependant, certains cas de réinfection ont été signalés dans le monde. Selon des chercheurs du Maastricht University Medical Center aux Pays-Bas qui ont écrit dans un article accepté pour publication dans la revue Clinical Infectious Diseases, la Néerlandaise de 89 ans souffrait d’un type rare de cancer de la moelle osseuse appelé macroglobulinémie de Waldenström.

La femme a été admise à l’hôpital plus tôt cette année avec une toux sévère et de la fièvre, après avoir été testée positive pour Covid-19.

Cinq jours plus tard, elle a obtenu son congé après que les médecins ont remarqué une fatigue persistante même après que ses symptômes se soient complètement calmés.

Lire aussi :

 Deux jours après le début de son traitement de chimiothérapie, 59 jours seulement après le début de la première maladie Covid-19, la femme a développé de la fièvre, de la toux et des difficultés à respirer.

Elle a de nouveau été testée positive au Covid-19, et aucun anticorps n’a été détecté dans son système sanguin lors des tests des jours quatre et six. Son état s’est détérioré le huitième jour et 14 jours plus tard, la femme est décédée.

Lire aussi :

Selon les scientifiques, son système immunitaire a été compromis en raison de la thérapie de déplétion cellulaire qu’elle a reçue. Toutefois, sa réponse immunitaire naturelle aurait pu être « suffisante » pour combattre le Covid-19, comme le fait que le type de traitement qu’elle a reçu pour le cancer « n’entraîne pas nécessairement une maladie potentiellement mortelle. »

La femme n’a pas été testée entre les infections, les chercheurs n’ont donc aucun test négatif confirmé. Mais après avoir examiné des échantillons de sang des deux cas, ils ont constaté que la constitution génétique des deux virus était différente.

Ils ont donc conclu qu’«il est probable que le deuxième épisode ait été une réinfection plutôt qu’une excrétion prolongée».

Dans le rapport du Lancet sur les maladies infectieuses publié cette semaine, les chercheurs ont déclaré :

« Une réinfection par le SRAS-CoV-2 a été signalée chez au moins quatre personnes dans le monde. Ainsi, une exposition antérieure au SRAS-CoV-2 ne se traduit pas nécessairement par une immunité totale garantie.

Les implications des réinfections pourraient être pertinentes pour le développement et l’application des vaccins. Du point de vue de la santé publique, tous les individus – qu’ils aient déjà été diagnostiqués ou non – doivent prendre des précautions identiques pour prévenir l’infection par le SRAS-CoV-2. Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l’immunité et les réactions in vitro après réinfection. »

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi