Donald Trump : Ces 3 présidents qui pourraient sombrer s’il perdait les élections

Donald Trump
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le 45è président des États-Unis, Donald Trump, sera fixé sur son sort à partir de ce 3 novembre 2020. De la même façon, que beaucoup ont à gagner si le président remportait la partie, certains présidents et premiers ministres auraient également beaucoup à perdre si Joe Biden l’emportait. Ces dirigeants sont entre autres le Président russe Vladimir Poutine, les premiers ministres britannique et israélien, Boris Johnson et Benyamin Netanyahou.

Donald Trump

Vladimir Poutine et Donald Trump : un respect mutuel

Le Président russe qualifiait depuis déjà Donald Trump   » d’un homme brillant et remarquable « . Pendant la campagne américaine et à l’occasion du « Davos russe » de Saint Pétersbourg, en juin dernier, Vladimir Poutine n’a pas ménagé ses compliments à l’endroit de celui qui faisait alors encore figure de candidat iconoclaste à la présidence américaine.

Déjà aux élections passées, le Président russe avait clairement choisi son candidat. Officiellement, parce que Trump « représente les intérêts des gens ordinaires, fatiguée des élites au pouvoir ». Plus certainement parce que l’isolationnisme affiché du candidat républicain lui laisserait plus de latitude pour sa politique étrangère expansionniste.

De plus la Russie se brise déjà sous les sanctions américaines maintenues par Donald Trump. A l’évidence c’est sur que Joe Biden pourrait aggraver encore plus ces sanctions contre la Russie. A défaut de ce qu’on veut on se contente de ce qu’on a, dit-on souvent. La réélection de Donald Trump serait probablement avantagerait le dirigeant russe.

Netanyahou, «le plus grand ami» de Donald Trump ?

Le Premier ministre israélien, qui avait une relation difficile avec le Président Barack Obama, a caractérisé Trump comme étant «le plus grand ami» qu’Israël ait jamais eu à la Maison-Blanche. Car le Président américain lui a offert toute une série de «cadeaux diplomatiques».

Les États-Unis ont reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et y ont transféré leur ambassade. Ils ont également reconnu la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, conquis sur la Syrie lors de la guerre de 1967. Outre cela, le retrait des Américains de l’accord nucléaire conclu en 2015 avec l’Iran, notamment par Barack Obama, a été très soutenu par le Premier ministre israélien. Enfin, la Maison-Blanche a négocié l’établissement des liens diplomatiques entre Israël et deux États du Golfe, les Émirats arabes unis et Bahreïn.

«Pour Netanyahou, la victoire de Biden serait un désastre», estime pour AP Eytan Gilboa, un expert des relations américano-israéliennes à l’université israélienne Bar-Ilan.

Boris Johnson : un dirigeant acquis pour Donald Trump

Pour le Premier ministre britannique Boris Johnson, la réélection de Donald Trump serait plus confortable. Les deux dirigeants ont noué des relations amicales. Le Président américain a régulièrement vanté le Brexit et dit que Johnson faisait du «bon boulot», le qualifiant de «bon gars». L’enthousiasme de Trump pour le Brexit a aidé Johnson à conclure rapidement le «magnifique accord» de libre-échange avec les États-Unis.

Lire aussi :Donald Trump : Son compte Twitter piraté, voici le mot de passe

Selon Kim Darroch, ambassadeur britannique à Washington jusqu’en 2019, Boris Johnson serait probablement le «meilleur ami de Trump en Europe» si le Président est réélu, conclut AP News.

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi