Donald Trump : Il a laissé exécuter le prisonnier noir Brandon Bernard malgré les supplications de Kim Kardashian

Si jusqu’à lors Donald Trump ne reconnait pas sa défaite lors des élections présidentielles, il a promis d’accélérer les exécutions des prisonniers dans le couloir de la mort.

Le 45e président des Etats-Unis qui avait rétablit la peine de mort a promis de faire exécuter des prisonniers avant de céder le pouvoir.

En effet, le jeudi 10 décembre, il fait exécuter par injection létale Brandon Bernard, un afro américain de 40 ans. Il était accusé d’avoir participé à un double meurtre au Texas en 1999.

A l’époque, beaucoup de personnes ont milité pour que la peine de mort soit commué en peine à perpétuité. Le geste n’était pas soutenu, mais le jeune homme, si. Kim Kardashian aurait meme plaidé en sa faveur affirmant qu’à 18 ans, il était à peine conscient de son geste.

Lire aussi :  Melania Trump tweete pour la première fois depuis que Joe Biden est élu

Concrètement, lui et d’autres jeunes auraient enlevé un couple de pasteurs blancs, les aurait abattus puis avait  brûlé leur voiture. Contre toute attente, deux des jeunes qui étaient avec eux et avaient moins de 17 ans ont été libérés peu de temps après. L’auteur des tirs, Christopher Vialva lui avait déjà reçu une injection létale en septembre dernier.

Lire aussi :  RDC : L’OMS lance une enquête sur les agressions sexuelles

En effet, sa maturité et le bon comportement qu’il affichait ont convaincu la population et il est resté derrière les barreaux jusqu’à lors.

Malheureusement pour lui, il se fait exécuter le jeudi 10 décembre 2020 à 09 h 27.

Il est le neuvième et il ne sera pas le dernier. En effet, le candidat malheureux aux élections a prévu quatre exécutions supplémentaires avant de s’en aller de la Maison blanche. La directrice de recherche au centre d’Information sur la peine de mort,Ngozi Ndulue déclare :

 « Le gouvernement n’est pas du tout en phase avec l’approche de ses prédécesseurs, puisqu’il n’y a eu que trois exécutions fédérales au cours des 45 dernières années. Il est tout aussi décalé vis-a-vis des évolutions dans le pays où les nouvelles capitales et le soutien à la peine de mort sont à des plus bas historiques. Mais surtout , il poursuit les exécutions au milieu d’une pandémie mondiale c’est saisissant »

Son geste a révolté plusieurs autorités, des prêtres, des experts de l’ONU et la démocrate Alexandria Ocasio-Cortez. La peine de mort est un châtiment des plus cruels que les autorités essayaient d’éviter au maximum.

Lire aussi :  Nigéria : La première dame Aisha Buhari aurait déménagé à Dubaï, invoquant l'insécurité à Aso Rock, le palais présidentiel

Le pays tout entier est triste.

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi