Donald Trump va accorder la grâce présidentielle à ces rappeurs

Donald Trump Lil Wayne
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Il semble que Donald Trump ne va finalement pas s’auto-accorder ainsi qu’à sa famille la grâce présidentielle. Ce sera des rappeurs comme Lil Wayne qui vont en bénéficier.

Le rappeur Lil Wayne fait partie de ceux qui devraient recevoir une grâce ou une clémence de Donald Trump lors de sa dernière journée complète au pouvoir mardi.

 Donald Trump Lil Wayne

Cependant, des sources proches du dossier qui se sont entretenues avec Reuters ont suggéré que ni le président lui-même, ni son avocat personnel Rudy Giuliani, ni l’ancien assistant Steve Bannon ne figureraient sur la liste, qui peut compter jusqu’à 100 personnes.

Bien que la légalité constitutionnelle d’un auto-pardon présidentiel reste non testée, des experts ont averti le Président que se pardonner et pardonner aux membres de sa famille peut impliquer une culpabilité qui deviendra une responsabilité dans de futurs procès étatiques ou civils contre la famille et les entreprises Trump.

Lire aussi :

Il a également été suggéré qu’un auto-pardon pourrait contrarier certains sénateurs républicains qui voteront lors du deuxième procès de destitution de Trump, prévu plus tard ce mois-ci.

Lil Wayne a plaidé coupable le mois dernier de possession d’une arme de poing chargée et plaquée or lorsque son avion affrété a atterri à Miami en décembre 2019. Il risque une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison lors d’une audience le 28 janvier à Miami.

Le rappeur a publiquement soutenu Trump lors de la campagne présidentielle de l’année dernière lorsqu’il a tweeté une photo de lui-même avec le président et a déclaré qu’il soutenait le programme de réforme de la justice pénale et le plan économique de Trump pour les Afro-Américains.

 Donald Trump Lil Wayne

Le New York Times rapporte que la liste des pardons et commutations devrait inclure l’ancien président de l’Assemblée de New York Sheldon Silver, 76 ans, qui a été reconnu coupable d’accusations de corruption en 2015. Après un long processus judiciaire, Silver a été condamné en juillet 2020 à un an et demi de prison et une amende de 1 million de dollars. Il est détenu dans la prison fédérale d’Otisville, New York.

Sholam Weiss est également à l’étude pour obtenir une grâce. Weiss a été condamné à 835 ans de prison en 2000 pour des crimes tels que le racket, la fraude électronique et le blanchiment d’argent. Elle est souvent décrite comme la plus longue peine infligée aux États-Unis pour un crime «en col blanc».

Bannon, 66 ans, qui a plaidé non coupable pour avoir fraudé les donateurs de «We Build the Wall», une campagne de financement en ligne qui a permis de collecter 25 millions de dollars, ne devrait pas figurer sur la liste. Giuliani non plus.

Il est rapporté que Giuliani s’est brouillé avec le président au sujet de frais juridiques impayés, et l’avocat s’est déjà récusé de défendre Trump dans son prochain procès de destitution au Sénat, puisque Giuliani était également impliqué dans le rassemblement du 6 janvier qui a précédé le pillage du Capitole américain une foule pro-Trump.

Il a notoirement dit à la foule : « Faisons un procès par combat », une remarque qu’il a depuis prétendue être une référence à Game of Thrones.

 Donald Trump Lil Wayne

Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, un autre nom fréquemment mentionné dans le cadre d’une éventuelle grâce de Trump, ne devrait pas non plus figurer sur la liste.

La liste des pardons a été préparée au cours du week-end lors d’une série de réunions impliquant les conseillers de la Maison Blanche Pat A Cipollone, Ivanka Trump et Jared Kushner.

Lire aussi :

Il est traditionnel pour les présidents américains de délivrer des pardons et de la clémence à la fin de leur mandat. Barack Obama a commué la peine de Chelsea Manning en 2017, George W Bush a commué la peine de l’ancien employé Lewis «Scooter» Libby, qui avait été reconnu coupable de parjure, et Bill Clinton a gracié de manière controversée Marc Rich dans un geste largement critiqué comme corrompu. L’ex-femme de Rich ayant fait des dons substantiels à des causes liées à Clinton.

 Donald Trump Lil Wayne

La légende du hip-hop, Snoop Dogg aurait également fait pression sur le président Donald Trump par l’intermédiaire de deux militants pour pardonner Michael «Harry-O» Harris, le co-fondateur de Death Row Records. Harris, aujourd’hui âgé de 58 ans, a été reconnu coupable de tentative de meurtre et d’enlèvement en 1988 et est actuellement détenu dans un établissement correctionnel fédéral de Lompoc, en Californie.

Death Row Records a été fondé en 1992, avec des artistes tels que Snoop Dogg, Tupac Shakur et Dr. Dre.

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi