Élections Ouganda : 37 morts lors de manifestations suite à l’arrestation de l’opposant Bobi Wine

Ouganda Bobi Wine
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Au moins, 37 personnes ont été tuées en Ouganda en deux jours dans les pires troubles du pays depuis une décennie. Les forces de sécurité tentent de réprimer les manifestations déclenchées, par l’arrestation du candidat à la présidentielle Bobi Wine.

Des jeunes ont brûlé des pneus et bloqué des rues jeudi dans la capitale ougandaise, Kampala, et des soldats ont traversé la ville avec des véhicules blindés, un jour après l’arrestation de Bobi Wine.

Ouganda Bobi Wine
Bobi Wine lors de son arrestation

Ce dernier était un chanteur de reggae populaire qui est le principal adversaire du président Yoweri Museveni aux élections. Un porte-parole militaire a déclaré :

« C’est une situation de guerre, donc l’armée doit se déployer. Vous pouvez voir ce qui se passe, des gens sont lapidés, des gens sont tués, des véhicules sont vandalisés, des pneus partout. Ces choses sont spontanées dans toutes les rues, donc la police ne peut pas gérer une telle situation. »

Des images publiées sur les réseaux sociaux ont montré que la police de Kampala tirait sans discernement sur des personnes dans des bâtiments donnant sur les manifestations. Et des hommes non identifiables en civil, supposés être des agents de sécurité, tiraient également des armes automatiques. Plus de 350 personnes ont été arrêtées, a indiqué la police.

Ouganda Bobi Wine

Le nombre exact de morts dans les troubles, qui se sont étendus à d’autres villes pendant la journée, est incertain. La principale morgue de Kampala a signalé avoir reçu 19 corps, des autopsies révélant les causes de la mort par balle, suffocation due aux gaz lacrymogènes et blessures subies par un accident de voiture «avec délit de fuite», a rapporté l’Observer, un journal local.

Le Dr Byarugaba Baterana, directeur exécutif de l’hôpital national de référence de Mulago à Kampala, a déclaré aux journalistes que neuf autres personnes qui avaient été admises à l’hôpital étaient décédées des suites de leurs blessures.

La police a signalé entre sept et 16 décès. Patrick Onyango, un porte-parole de la police de Kampala, a affirmé :


« Nous voulons avertir les jeunes qui ont été incités à participer à des activités illégales de s’abstenir de participer à de tels actes. Les équipes de sécurité conjointes sont au top de la situation et s’occuperont de quiconque tente de déstabiliser la capitale.»

Bobi Wine, de son vrai nom Robert Kyagulanyi, a été arrêté mercredi alors qu’il faisait campagne dans l’est de l’Ouganda après que les autorités l’aient accusé de violer les mesures anti-coronavirus en organisant des rassemblements de masse.

Ouganda Bobi Wine


Quelques instants plus tard, des manifestations spontanées ont éclaté à Kampala et dans plusieurs autres grandes villes. Le personnel de sécurité a répondu avec des gaz lacrymogènes. Un journaliste qui s’est entretenu avec Reuters sous couvert d’anonymat a déclaré avoir vu des soldats tirer avec des fusils automatiques.
Byekwaso, la porte-parole de l’armée, a déclaré que des équipes de l’armée et de la police s’étaient heurtées à des manifestants dans différentes parties de Kampala. Au moins deux témoins de la ville ont déclaré à Reuters que certaines rues du centre-ville étaient désertes. Les écoles et les universités auraient reporté les examens prévus la semaine prochaine à la suite de la flambée de violence.

Ouganda Bobi Wine
Le Président sortant Yoweri Museveni

Yoweri Museveni est éligible pour briguer un autre mandat l’année prochaine après que les législateurs aient supprimé les limites d’âge constitutionnelles à la présidence. Le parti de l’ancien chef rebelle insiste sur le fait qu’il reste son membre le plus populaire.

L’Ouganda n’a jamais assisté à un transfert pacifique du pouvoir depuis l’indépendance en 1962.

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi