#EndSARS : Goodluck Jonathan condamne la fusillade de Lekki

Goodluck Jonathan #EndSARS
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

L’ex-président Nigérian Goodluck Jonathan a demandé la paix dans tout le pays tout en condamnant le meurtre de manifestants #EndSARS. Il a publié une déclaration officielle pour condamner les violences.

Goodluck Jonathan, ainsi que d’autres anciens dirigeants Nigérians, avaient tenu conseil avec le Président Buhari, le vendredi 23 Octobre matin.

Goodluck Jonathan a dit que son message est «un appel à la paix». Il a souligné qu’aucune nation ne peut gagner contre son peuple. Il a également affirmé que l’utilisation de la force meurtrière contre les citoyens ne faisait qu’aggraver la situation tendue.

Goodluck Jonathan a dit :

« Mon cœur va aux familles des jeunes Nigérians qui ont perdu la vie ces derniers jours à la suite des manifestations #EndSARS. Que Dieu leur accorde le courage dont ils ont besoin en cette période difficile. Cela a été une période difficile pour moi…  La construction d’une nation est une tâche collective qui implique les efforts véritables de tous les citoyens patriotiques, jeunes ou vieux. Notre pays ne peut pas se permettre de perdre la vie de nos jeunes que nous admirons pour prendre la direction et poursuivre le chemin de notre nation vers la grandeur.

En tant que dirigeants, nous devons comprendre qu’une nation ne peut jamais gagner une bataille contre son propre peuple. Ainsi, l’utilisation de la force meurtrière contre les citoyens ne fait qu’aggraver les situations tendues plutôt que de les apaiser. Nous devons donc passer des champs de bataille à des terrains intermédiaires dans notre vie individuelle et nationale. Ceci, je crois, incarne l’essence de la démocratie.

Je condamne toute perte inutile de vies humaines et je demande instamment d’intensifier les efforts pour éviter que cela ne se reproduise. Nous devons tous accepter que nous sommes tous frères et sœurs d’un même Nigéria et toujours agir les uns envers les autres en conséquence. J’exhorte les manifestants à le faire avec prudence. »

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi