États-Unis : Ouverture d’enquêtes sur la présidentielle du 3 novembre

Joe Biden Président
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le ministre américain de la Justice a autorisé, le 9 novembre 2020, l’ouverture d’enquêtes sur la présidentielle du 3 novembre aux États-Unis.

« Je vous autorise à enquêter sur des allégations substantielles d’irrégularités concernant les votes ou le comptage de bulletins avant la certification des élections dans vos juridictions, dans certains cas », a écrit Bill Barr, dans une lettre adressée aux procureurs fédéraux du pays.

Estimant qu’il pourrait exister « des allégations claires et potentiellement crédibles d’irrégularités » lors du scrutin du 3 novembre, Bill Barr a souligné que cette autorisation, n’indiquait pas que le ministère de la Justice avait des preuves de l’existence de véritables situations de fraudes.

Lire aussi : Joe Biden en deuil ?

Toutefois, si ces irrégularités étaient avérées, « elles pourraient potentiellement avoir un impact sur le résultat d’une élection fédérale dans un Etat », a ajouté le ministre de la Justice, réputé être loyal au président sortant.

Suite à cet ordre donné par Bill Barr, le responsable du service en charge des crimes électoraux, qui supervise les enquêtes pour fraude, Richard Pilger a annoncé sa démission, selon plusieurs médias nationaux.

L’équipe de campagne de Donald Trump mène des batailles judiciaires dans plusieurs Etats remportés sur le fil par Joe Biden, notamment en Pennsylvanie et en Nevada, pour tenter de contester leurs résultats, relayant des allégations de fraude et d’irrégularités électorales, sans preuves à l’appui.

Avec Afriqueactuelle

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi