Etats-Unis : « Pouvez-vous imaginer ce que cela signifie pour quelqu’un d’apprendre que sa tête est mise à prix ? », des lycéens blancs « vendent » leurs camarades noirs en ligne

lycéens esclavagistes vendent camarades noirs snapchat
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Selon le Washington Post, des lycéens blancs ont décidé de créer des groupes Snapchat pour « vendre » leurs camarades noirs, se prenant pour des esclavagistes dans la ville d’Aledo, dans l’Etat du Texas, aux Etats-Unis.

Tout a commencé par la création de groupes sur l’application Snapchat, où des lycéens blancs vendaient et achetaient virtuellement leurs camarades noirs. Les captures d’écran ont circulé sur la toile. Les noms de ces groupes sont plus qu’explicites : « fermes d’esclaves », « commerce des esclaves » ou encore « ventes aux enchères ».

Les discussions ne sont pas non plus tendres : « Un dollar pour celui-ci! », « ce serait mieux s’il n’avait pas les yeux moches », « cent dollars pour celui-là ».

Le plus accablant aura été le groupe dont le nom est composé d’émoji d’un homme noir, d’un pistolet et d’un homme noir en référence aux violences policières qui sont en cours aux Etats-Unis.

Black Lives Matter : les habitants du monde entier s'unissent contre le  racisme - Elle

LIRE AUSSI : Etats-Unis : Un policier abat (encore) un adolescent de 13 ans (Vidéo)

Aussi, les parents des camarades « vendus » ont confirmé que leurs enfants ont reçu des captures d’écran selon lesquelles ils ont été « acquis ». Tony Crawford, un activiste local est indigné quand les écoles parlent de cyberharcèlement au lieu de racisme. La responsable éducative a assuré qu’il n’y avait pas de « racisme dans leur école »

Ce qui n’a pas satisfait l’activiste qui a déclaré que cette affaire s’inscrit encore dans la « longue série d’autres incidents similaires balayés sous le tapis » :

« Pouvez-vous imaginer ce que cela signifie pour quelqu’un d’apprendre que sa tête est mise à prix ? »

Avec CNews

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi