France : Comment Noëlla une élève de 11 ans a pu se suicider après l’école ?

Noëlla suicide France racisme

Le suicide de la petite Noëlla nous montre que le racisme est un mal qui a l’allure d’une tumeur maligne en France. Il n’a pas l’air de s’arrêter malgré tous les efforts que les générations précédentes ont pu faire pour créer un monde meilleur et égal à tous, sans considération de races , de couleurs ou de cultures.

Une affaire de racisme ou de discipline scolaire ?

La mort suicidaire d’une jeune fille de 11 ans en France nous amène de nouveau à faire une réflexion assez poussée sur le racisme en France. Puisque beaucoup se demandent si la victime ne subissait pas cet harcèlement plus à cause de sa couleur de peau qu’au nom d’une quelconque discipline scolaire ?

Mais soyons prudent dans l’autre sens puisque les enquêtes judiciaires n’ont pas encore conclu à un racisme, ni à un harcèlement que la petite fille d’origine africaine aurait subi.

Lire aussi :  Jointures foncées : 1 méthode rapide et naturelle pour éclaircir les zones décolorées du corps

Mais la question reste de savoir comment Noëlla a bien pu à son jeune âge se suicider. Que s’est-il réellement passé ? Peut-on conclure sur une affaire de racisme résultant d’un harcèlement scolaire ou simplement de discipline scolaire dans le sens d’atténuer les propos du principal ?

Les faits ayant entrainé la mort de Noëlla

Noëla, une jeune fille de 11 ans, s’est pendue jeudi 13 janvier suite à un présumé harcèlement qu’elle subissait dans son collège . Son proviseur lui a dit exactement ceci :

” tu ne mérites pas d’être ici ” “tu as des problème psychiatriques”

Noëlla s’est pendue juste 1h après

En rentrant du collège Henri-Matisse (Paris XXe), où elle était scolarisée en classe de 6e, Noëlla s’est réfugiée dans sa chambre. C’est sa petite sœur Yvana, 5 ans, qui l’a retrouvée quarante minutes plus tard, pendue avec sa ceinture de judo.

Lire aussi :  Sénégal : Les chiffres des grossesses recensées dans les écoles font froid dans le dos !

Les secours, rapidement appelés sur place, n’ont rien pu faire. Une enquête pour “recherche des causes de la mort” a été ouverte.

Les causes de la mort de la jeune collégienne

“La situation scolaire de l’enfant est au centre des investigations, mais il ne s’agit peut-être pas d’un harcèlement scolaire. Il faut rester très prudent”, prévient une source judiciaire.

Selon les explications de la famille de Noëla au Parisien, le principal du collège les aurait appelés le lundi 10 janvier dernier, évoquant un incident.

Peut être une image de 2 personnes, personnes assises et intérieur

“La professeure d’histoire-géographie accuse ma fille de lui avoir dit : Je suis schizophrène, si je te tue, il ne se passera rien. Mais Noëla m’a juré qu’elle n’avait rien fait”, explique sa maman.

Quelques jours plus tard, Noëlla est convoquée dans le bureau du principal du collège

Ce dernier aurait notamment remis une lettre à la mère de famille, conviant l’enfant à un conseil de discipline le 24 janvier.

“Il nous dit que d’ici là, Noëla devait rester à la maison”, rapporte la maman. Le principal aurait également affirmé : “Sa place n’est pas à l’école, mais dans un centre psychiatrique spécialisé”.

“Elle n’a jamais menacé sa prof de mort. Mais personne ne l’a crue au collège, et c’est cela qui l’a tuée”, accuse la mère de famille dans les colonnes de nos confrères.

“Le collège l’a poussée au suicide. Je me battrai jusqu’au bout pour le faire reconnaître”.

Selon le rectorat de Paris, la jeune fille faisait l’objet d’un suivi attentif par le collège.

Lire aussi :  Patrice Evra parle du racisme au sein de l'équipe de France

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi