France : Voici les photos du terroriste tunisien et de ses 3 victimes dans l’attaque de Nice

Les photos du terroriste tunisien et de ses 3 victimes dans l’attaque de Nice
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Des photos du terroriste tunisien qui a tué trois personnes dans une église de Nice ont été publiées, ainsi que des photos de ses victimes. Le tueur Brahim Aoussaoui est photographié souriant, alors qu’il est entré en Europe quelques semaines à peine, avant de tuer trois personnes dans une église catholique de Nice.

La photo du terroriste tunisien, responsable de l’attaque de Nice a été prise par les autorités de la ville portuaire italienne de Bari.

Les photos du terroriste tunisien et de ses 3 victimes dans l’attaque de Nice

Aoussaoui y a débarqué le 8 octobre après avoir passé 20 jours en quarantaine du Covid-19 – d’abord sur l’île de Lampedusa, où il a atterri le 20 septembre, puis à bord du navire italien de quarantaine Rhapsody.

Une fois à terre, Aoussaoui a fait prendre sa photo, avec son nom, sa date de naissance et ses empreintes digitales. Ses dossiers ont également été vérifiés. Il n’avait pas de casier judiciaire, n’avait jamais tenté d’entrer en Italie et n’avait pas été signalé par les services de sécurité.

Le lendemain, Aoussaoui a été informé qu’il n’avait pas le droit légal de se trouver en Italie et a reçu l’ordre de quitter le pays dans les sept jours. Mais, plutôt que d’être expulsé, Aoussaoui a été en quelque sorte libéré.

On ne sait pas exactement quand il a quitté Bari, mais on pense qu’il s’est rendu à Paris dans le train le 9 ou le 10 octobre, ce qui lui a permis de traverser la frontière avec la France sans être détecté. On pense alors qu’il est resté dans la capitale française jusqu’au 29 octobre, jour du massacre, lorsqu’il a pris le train du petit matin pour Nice.

Arrivé dans la ville à 6h30 du matin, il est connu pour avoir envoyé une photo de la basilique Notre-Dame – la même église qu’il attaquera plus tard – à son frère de retour en Tunisie, disant qu’il voulait y passer la nuit.

Quand l’église a ouvert à 8h30, il y est entré. Puis il a sorti une longue lame et a lancé son attaque, tuant trois personnes.

Les photos du terroriste tunisien et de ses 3 victimes dans l’attaque de Nice

La première victime est la paroissienne Nadine Devillers, âgée de 60 ans. Elle était une habituée de l’église. Elle était venue prier tôt le matin, et a eu la gorge tranchée près de la fontaine de l’église lors d’une tentative de décapitation.

Les photos du terroriste tunisien et de ses 3 victimes dans l’attaque de Nice

Le suivant fut le sacristain de l’église, Vincent Loques, âgé de 54 ans. C’est lui qui a ouvert les portes de l’église et il était occupé à préparer la messe. Il devait fêter son anniversaire vendredi.

Les photos du terroriste tunisien et de ses 3 victimes dans l’attaque de Nice

Née au Brésil, Simone Barreto Silva, âgé de 44 ans, a ensuite été poignardée à plusieurs reprises. Mais elle a réussi à s’échapper de l’église vers 8 h 54, en courant vers un bar à hamburgers à proximité où elle s’est vidée de son sang.

Les derniers mots de la mère de trois enfants aux ambulanciers étaient :

« Dites à mes enfants que je les aime » – Simone Barreto Silva Cliquez pour tweeter

Ses proches au Brésil ont déclaré qu’elle vivait en France depuis 30 ans. Brahim Jelloule, le propriétaire du restaurant où elle a titubé avant de mourir, a révélé que c’est son frère qui a aperçu Simone couverte de sang dans la rue.

Jelloule, qui est musulman, a déclaré que son frère et un membre du personnel avaient traîné Simone à l’intérieur avant d’entrer dans l’église et d’affronter Aoussaoui, qui était toujours à l’intérieur armé d’un couteau.

Ils ont appelé la police, qui est arrivée vers 9h10 et a tiré sur Aoussaoui 14 fois alors qu’il criait « Allahu Akbar », une phrase qu’il a continué à crier même après avoir été sédatif.

Les photos du terroriste tunisien et de ses 3 victimes dans l’attaque de Nice

Une photo montrant Aoussaoui saignant sur le sol et soigné par des ambulanciers après avoir été abattu par la police a été tweetée par le chef de l’organisation respectée SITE.

La police a arrêté à Nice un homme de 47 ans qui aurait eu des contacts avec Aoussaoui la veille de l’attaque et qui lui aurait peut-être fourni un téléphone.

Les photos du terroriste tunisien et de ses 3 victimes dans l’attaque de Nice

L’attaque est survenue quelques jours seulement après que Thabat, une agence de presse liée à Al-Qaïda, ait publié un appel aux musulmans pour qu’ils fassent le «djihad» en France, sur les caricatures du prophète par le journal Charlie Hebdo.

La famille d’Aoussaoui habite dans la ville tunisienne appauvrie de Bouhajla où il vivait avant de se rendre en Europe. Ils ont déclaré qu’il était en contact avec eux depuis son arrivée en France.

Photos of smiling Tunisian terrorist on the day he arrived Italy and the victims he killed in a church in France

De la province tunisienne de Sfax, sa mère Kmar, les yeux humides de larmes, a déclaré qu’elle avait été surprise d’apprendre que son fils était en France lorsqu’il a appelé, à son arrivée. Elle a jouté qu’elle n’avait aucune idée de ce qu’il prévoyait. Elle lui a dit au téléphone :

« Tu ne connais pas la langue française, tu ne connais personne là-bas. Tu vas y vivre seul. Pourquoi, pourquoi y es-tu allé ? »

Son frère a déclaré à la chaîne de télévision Al Arabiya :

« Il m’a dit qu’il voulait passer la nuit devant la cathédrale. Il m’a également envoyé une photo du bâtiment. Il m’a téléphoné à son arrivée en France. »

Il a ensuite raconté le choc de la famille quand ils ont su que Brahim Aoussaoui était responsable de l’attaque terroriste. Il a dit :

« Ce que nous avons vu sur les images, c’est lui, notre fils (le responsable). »

0

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi