Gabon : Les civils brûlent les maisons des militaires, voici les raisons

couvre-feu Gabon Covid-19 militaires
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Récemment, les autorités au Gabon avaient décidé d’instaurer un couvre-feu pour contrer cette deuxième vague imminente de Covid-19.

Les termes du couvre-feu étaient les suivants :

  • Plus de sortie et de déplacement au delà de 18heures;
  • Plus de déplacement sans autorisation spéciale en dehors de Libreville et ses environs;
  • Vols internationaux limités à deux par semaine et par compagnie;
  • Amende ou fermeture d’un mois sur les commerces qui ne respecteront pas les mesures barrières.

En effet, le variant britannique a été détecté lundi dernier et au vu de sa propagation plus rapide que la souche d’origine, l’Etat a décidé d’être radical.

Le peuple ne l’a pas bien pris du tout; il a été organisé et réalisé une manifestation un peu particulière :

A partir de 20 heures chaque jour et durant une semaine, pendant cinq minutes, les gabonais ont décidé de manifester pacifiquement, mais assez bruyamment. Ils tapent avec des objets sur leurs casseroles et crient : Libérez la Concorde! Non au couvre-feu! Non au Corona!

Un mouvement qui a été suivi dans beaucoup de grands quartiers de Libreville. Un grand concert de bouteilles, de casseroles même de portes dans certains cas, tout a été utilisé pour protester contre ces mesures jugées suicidaires par la population. Mais cette situation va dégénérer.

Une partie des congolais s’est mise à marcher et à protester dans les rues, malgré le couvre-feu : descente dans la rue dans les PK, tirs de grenades et de gaz lacrymogènes etc. Les internautes parlent même d’un jeune homme mort.

LIRE AUSSI : Gabon : Deux policiers publiquement radiés, voici les raisons

Et ça va de mal en pis ; les rumeurs courent que des propriétaires ont jeté leurs locataires militaires dehors mais en plus de cela les civils dans les PK et les grands quartiers de Libreville incendient les maisons des militaires.

0

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi