George Floyd : « Tu me coupes le souffle », cette carte de Saint-Valentin réalisée pour se moquer de lui (photos)

carte saint valentin George Floyd
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Certaines personnes ont pensé utilisé la Saint-valentin, fête de l’amour, pour diffuser de la haine et du racisme à travers une carte à l’effigie du défunt George Floyd avec pour message « Tu me coupes le souffle ».

George Floyd est un noir américain qui a été tué lors d’une arrestation musclée par deux policiers. Il avait été arrêté pour avoir fait des achats avec des faux billets.

Lorsqu’il a été interpellé, un des policiers a maintenu son genou sur son cou pendant de longues minutes alors que Floyd criait qu’il ne pouvait pas respirer.

« I can’t breathe! »

« Je ne peux pas respirer » ont été ses derniers mots avant qu’il ne succombe.

Sa mort a suscité beaucoup de colère et d’indignations au sein de la communauté noire américaine et le mouvement #BlackLivesMatter a vu le jour.

Le 14 février dernier, a circulé sur Internet la photo de George Floyd avec le message « Tu me coupes le souffle », en faisant référence à la mort par asphyxie de cet homme noir.

Il semblerait que cette carte a été conçue par des agents de la Police de Los Angeles. Le chef de la Police de Los Angeles, Michel Moore a déclaré au New York Times :

 » Notre enquête vise à déterminer l’exactitude des allégations tout en renforçant notre tolérance zéro envers les opinions racistes. « 

Il a aussi assuré que si le département prouve que ce sont des agents qui ont conçu et partagé cette carte, ils subiront sa colère.

LIRE AUSSI : Saint-Valentin : Top 10 des cadeaux les plus uniques chez les stars

Le département de la police indique aussi que leur attention se porteront beaucoup plus sur deux comptes Instagram appartenant à des agents.

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi