George Floyd : Voici la dernière punition infligée à la police de la ville où il est mort

George Floyd
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

La mort de l’afro américain George Floyd en mai passé a eu des répercussions dans le monde entier et continue d’avoir des rebondissements dans la ville de Minneapolis. La police de la ville a donc reçu une punition  de réduction de budget pour le meurtre de l’ancien joueur de football américain.             

À Minneapolis, la ville où George Floyd a été tué en mai dernier, le conseil municipal a voté une loi qui retire plusieurs millions de dollars au budget de la police. Et cela dans le but de rendre la ville « plus sûr ».

« Defund the police », retirez les financements de la police, c’était un slogan que l’on a beaucoup entendu lors des manifestations qui ont suivi la mort de George Floyd. Le conseil municipal de Minneapolis, la ville où l’afro-américain a été tué par des agents des forces de l’ordre, s’était rapidement engagé à mettre en place une réforme de la police.

George Floyd

C’est chose faite même si le projet n’est pas aussi ambitieux qu’initialement prévu. Environ 8 millions de dollars, à peu près 5% du budget de la police, ont été alloués à d’autres postes, notamment à des opérations de prévention de la violence. Ces restrictions surviennent alors que plus de 130 policiers ont démissionné après la mort de George Floyd, un sixième des effectifs au total.

Le chef de la police a vivement critiqué la décision du conseil municipal, expliquant que la violence avait atteint un niveau record à Minneapolis. La ville a enregistré presque 80 homicides cette année, du jamais vu depuis une décennie.

Lire aussi : George Floyd : Voici le prix décerné à l’adolescente de 17 ans qui a publié la vidéo de ses derniers instants

Les vols de voiture sont également en hausse ce qui fait qu’une partie des habitants ne souhaitent pas que les effectifs de la police soient réduits. Un débat qui risque de durer au-delà du procès des quatre policiers accusés d’avoir tué George Floyd, prévu pour mars prochain.

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi