Ghana : Faire une fellation est désormais un crime passible de 5 ans de prison

Ghana fellation crime
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Au Ghana, un avocat, Kwasi Fokuo Banyin, affirme que tous les actes sexuels contre nature, y compris la « fellation », le sexe anal sont des infractions en vertu de la loi sur les infractions pénales du pays.

Il a expliqué que bien que les lois du Ghana n’interdisent pas expressément les associations de même sexe, la loi sur les infractions pénales et infractions sexuelles, en fait une offense d’avoir des relations charnelles qui ne sont pas naturelles.

Lire aussi :

S’adressant à Ekourba Gyasi dans l’émission matinale de la télévision Atinka, Ghana Nie, l’avocat Fokuo Banyin a expliqué que « la connaissance charnelle non naturelle consiste à mettre un pénis dans toutes les parties autres que le vagin d’une femme. »

Il a déclaré :

« Donc, si nous utilisons cette définition, alors avoir des relations sexuelles homosexuelles ou des relations sexuelles anales est une infraction ; et cela ira pour plusieurs autres actes sexuels, non seulement le sexe par l’anus ou le sexe gay, même si vous couchez avec une femme par l’anus, c’est une offense. La fellation et toutes autres choses similaires peuvent également être qualifiées pour des connaissances charnelles contre nature, dans cette mesure, vous pouvez dire que les lois du Ghana ne permettent pas l’acte de même sexe ».

Il a également noté que les lois du Ghana n’autorisent pas le mariage entre personnes de même sexe, ajoutant que « lorsque vous entrez dans notre loi sur le mariage, cela définit le mariage comme une union entre un homme et une femme. »

Il y a eu des appels au gouvernement pour fermer l’espace communautaire LBGT qui a été récemment ouvert à Accra. C’était après que l’Union européenne se soit engagée à soutenir les groupes de la société civile qui promeuvent les droits des lesbiennes, des gays, des bisexuels et des transgenres au Ghana.

Lire aussi :

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi