Ghana : Les frontières terrestres enfin ouvertes après deux ans de fermeture

Poste d'Aflao entre le Ghana et le Togo

C’est un soulagement pour les commerçants, surtout pour ceux situés à proximité des frontières avec le Togo et la Côte d’Ivoire.

Il est désormais possible d’entrer librement au Ghana, sans restrictions. Le pays a rouvert lundi 28 mars ses frontières terrestres et maritimes, fermées depuis deux ans à cause de la pandémie du Covid-19. 

Sylvestre Salakopé, vendeur de vêtements, vient de reprendre ses activités. « J’achète des produits au Togo et je les vends ici au Ghana. Pendant deux ans, je ne pouvais pas traverser la frontière, tout était fermé. J’estime avoir perdu presque 1 million de cedis, autrement dit 100 000 euros. J’espère maintenant que mes affaires et les activités commerciales vont reprendre et que la vie va redémarrer comme avant. »

Lire aussi :  Insolite : Il se coupe les parties génitales par mégarde dans son sommeil

Mais le commerçant nuance, les choses risquent de ne pas être simple. « Le problème, c’est que la durée de la fermeture a poussé les clients à changer leurs habitudes. Les gens qui achètent à Accra se tournent désormais vers des fournisseurs du Dubaï et des pays voisins et ça va être dur pour moi et d’autres commerçants de les faire revenir. »

Lire aussi :  Ghana : 22 enfants décèdent de l’épidémie de fièvre jaune

« L’autre problème, c’est que même si le Ghana a ouvert ses frontières, le Togo reste toujours fermé aux voyageurs, poursuit Sylvestre Salakopé, joint par Christina Okello du service Afrique de RFI. Donc, ce qui se passe à présent, c‘est que les Ghanéens qui veulent aller à Lomé faire du commerce sont obligés de payer 6 ou 7 cedis, environ 80 centimes s’ils veulent traverser la frontière. Ce n’est pas donné à tout le monde. »

Lire aussi :  Covid-19 : Le virus rend les malades désormais sourds

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi