Ghana/LGBTQI : Idriss Elba et Naomi Campbell mettent la pression au président Addo

Ghana LGBTQI Campbell Idriss Elba pression Nana Addoh
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

« La légalisation des droits de la communauté LGBTQI ne se passera pas sous ma présidence », avait déjà laissé entendre le chef de l’Etat ghanéen Nana Akufo-Addo. Mais ces dernières heures de vives voix se sont levées pour soutenir d’une part la communauté décriée et surtout exercer de la pression sur les autorités ghanéennes.

Dans une lettre ouverte intitulée #GhanaSupportsEquality, les acteurs Idriss Elba, Michaela Coel, ou encore la top model Naomi Campbell ont appelé lundi le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, à engager le dialogue avec cette communauté marginalisée.

« À notre famille LGBTQIA + ghanéenne : nous vous voyons et nous vous entendons. Nous sommes impressionnés par votre force, votre courage et votre audace pour être fidèle à vous-mêmes, même quand il est dangereux de le faire », lit-on dans la lettre de 67 signataires.

Figurent entre autres les signatures durédacteur en chef britannique de Vogue, Edward Enninful, le directeur marketing de Netflix Bozoma Saint John, ou encore Virgil Abloh, directeur général d’Off White et directeur artistique de Louis Vuitton, rapporte CNN.

Depuis l’ouverture, le 31 janvier dernier, du centre de l’association LGBT+ Rights Ghana, créée en 2018 pour promouvoir les droits des personnes lesbiennes-gays-bisexuelles et transgenres, le Ghana est témoin d’une vive vague d’homophobie. Dans les médias ghanéens et sur les réseaux sociaux, la communauté est la cible d’attaques violentes.

LIRE AUSSI : Ghana : La chanteuse Ebony serait tuée pour son lesbianisme; son père inconsolable se prononce

Le 4 février, le mémorandum du président américain proposant l’extension de la protection des droits des personnes LGBT dans le monde entier, en envisageant des sanctions financières contre les pays dotés de législations homophobes, a été très mal accueilli dans le pays. Les anti-LGBT dénoncent un « agenda LGBT » imposé par l’Occident, rapporte Le Monde.

LIRE AUSSI : Ghana : Les prostituées offrent 2 mois de plaisir intense gratuits aux gays pour changer leur orientation

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi