Goodluck Jonathan : « Sans Dieu, j’aurais été enterré »

Goodluck Jonathan
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

L’ancien président Goodluck Jonathan a exprimé sa gratitude à Dieu pour ne pas avoir été enterré politiquement à la suite des allégations de corruption portées contre lui.


Goodluck Jonathan a fait ses allégations dans son discours lors de la présentation de «Cher président Goodluck Jonathan», un livre écrit en son honneur par l’ancien rédacteur en chef du Daily Times, Bonaventure Melah.

Goodluck Jonathan



Il a raconté comment des fonctionnaires de l’administration actuelle ont allégué que lui et certains membres de son ancien cabinet étaient corrompus et comment la mauvaise perception de lui évolue progressivement. Il a dit :



«C’est le problème dont moi-même et certains membres de mon cabinet souffrent encore depuis le début de cette administration alors que nous étions tous étiquetés comme des corrompus.
Mais je remercie Dieu que les gens puissent se réunir pour me célébrer aujourd’hui. C’est Dieu. Sinon, j’aurais été complètement enterré (politiquement). »



Il a également rappelé comment on lui avait conseillé de limoger Aruma Oteh en tant que directrice générale de la Commission de sécurité et d’échange (SEC) en 2012 pour éviter des ennuis avec la chambre des représentants. L’ex-Président a ajouté :


« Lorsque mes proches alliés politiques, m’ont conseillé de sacrifier Aruma Oteh pour ne pas avoir de problèmes avec la chambre des représentants.
J’ai dit que je ne sacrifierais aucun Nigérian juste pour être dans les bons livres des législateurs. Au contraire, je me sacrifierais. J’ai pris cette décision parce que j’étais convaincu qu’elle n’était pas corrompue.
Si je l’avais renvoyée sans raison, cela aurait peut-être été la fin de sa carrière à la Banque mondiale.»



L’ancien président a cependant nié avoir limogé Azubuike Ihejirika en tant que chef d’état-major de l’armée «à cause des pressions du Nord». Il a ajouté :


« Lorsqu’un président ou un gouverneur limoge une personne. Parfois, ce que la société pense être la raison de cette décision peut être très différent de la réalité.
Il y a eu des insinuations selon lesquelles j’ai limogé Ihejirika à cause des pressions du Nord. Loin de là !
Si quelqu’un va dans le bon sens, même si vous voulez me fendre la tête, je ne le licencierai pas. »



Concernant les objectifs fondamentaux de son administration, Goodluck Jonathan a déclaré :


« Mon intérêt était de changer la société par l’éducation. Peu importe ce que nous faisons pour élever le Nigéria, sans éducation, la société aurait du mal à changer. C’était mon opinion personnelle.
C’est également pour cela que je suis intervenu dans l’affaire almajirai. Nous devions les élever au-dessus de ce niveau, en raison des nombreux problèmes sociaux qu’ils causaient.
Je crois fermement que s’il doit y avoir un changement au Nigéria, nous devons être compétents scientifiquement et technologiquement, car la technologie domine le monde aujourd’hui.»

0

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi