Hamed Bakayoko : Le rapatriement de sa dépouille très attendu

Hamed Bakayoko dépouille attendue
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

La dépouille du premier ministre de Côte d’Ivoire, Hamed Bakayoko, décédé mercredi à l’âge de 56 ans dans un hôpital en Allemagne des suites d’un cancer, est attendue samedi 13 mars à Abidjan, a annoncé la présidence ivoirienne.

Jeudi 11 mars, le gouvernement avait décrété un deuil national de huit jours, du 12 au 19 mars. Le programme officiel prévoit des hommages de la nation mercredi 17 mars, suivis du transfert du corps le lendemain à Séguéla (Nord) où il sera inhumé vendredi 19 mars « dans la stricte intimité familiale ».

LIRE AUSSI : Hamed Bakayoko : 4 choses à savoir absolument sur son immense fortune

Hamed Bakayoko, qui était également ministre de la Défense, avait été évacué en France le 18 février par avion spécial pour « raisons de santé », avant d’être transféré dans un hôpital en Allemagne le week-end dernier, au moment où se tenaient les élections législatives dans son pays. Malgré son absence, il a été très largement réélu député dans son fief de Séguéla (nord).

Hamed Bakayoko avait succédé en juillet 2020 au poste de premier ministre à Amadou Gon Coulibaly, décédé quelques jours après son retour d’une hospitalisation et d’une convalescence de deux mois en France pour des problèmes cardiaques. Apprécié dans tous les camps d’un pays marqué par de fortes tensions politiques, les opposants ont tenu à saluer sa mémoire.

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, en liberté conditionnelle à Bruxelles après son acquittement en première instance par la Cour pénale internationale (CPI), a « différé » son retour au pays prévu à la mi-mars pour « s’associer pleinement, dans la pure tradition africaine, au deuil qui frappe la Côte d’Ivoire, avec la brutale disparition de Hamed Bakayoko », souligne un communiqué du secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI, le parti créé par Laurent Gbagbo), Adou Assoa.

Avec BBC

0

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi