Hantavirus : Quel est ce nouveau virus transmissible des rongeurs à l’homme ?

Hantavirus Jura rongeurs inhaler Jura
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

En début mars dernier, l’Agence Régionale de la Santé en France a signalé sept cas d’hantavirus dans le Jura, un nouveau type de virus qui se transmet par des rongeurs, par inhalation des excretas de ces derniers.

Selon les spécialistes, ce virus peut se transmettre lors des balades en forêts ou dans des endroits où ont séjourné des rongeurs principalement des campagnols roussâtres ou le mulot à collier. En effet, le virus est présent dans la salive, dans l’urine ou encore les déchets que laissent les animaux infectés derrière eux. Mais pour le moment, aucun cas de transmission interhumaine n’a été déclaré.

Selon l’institut Pasteur, Quatre espèces d’hantavirus zoonotiques circulent sur le continent européen : le virus Puumala, le virus Séoul, le virus Dobrava-Belgrade, et le virus Tula. Le virus Puumala est responsable du plus grand nombre de cas de fièvre hémorragique à syndrome rénal (forme clinique connue sous le nom de néphropathie épidémique) et circule en Europe du Nord et de l’Ouest avec un taux de létalité heureusement faible de l’ordre de 0,4%. 

LIRE AUSSI : Covid-19 : La vaccination empêche t’elle la contamination ? Les experts répondent

Aussi, les symptômes pouvant alerter sont une fièvre hémorragique avec syndrome rénal (FHSR), avec des douleurs musculaires, de la fièvre, des frissons, des troubles fugaces de la vision etc. Et, ils peuvent survenir deux mois après une exposition à l’un des déchets précités d’un rongeur contaminé.

Jura : 7 cas d'hantavirus détectés, le port du masque recommandé en forêt |  CNEWS

Pour se preserver de ce virus, Santé Publique France recommande de :

  • Ne pas pénétrer dans des locaux fermés ou abandonnés
  • Porter un masque, aérer et asperger d’eau (ou mieux, de désinfectant ou d’eau de javel) avant de nettoyer les sols des locaux longtemps fermés ou inoccupés (cabanes, greniers, granges, caves, etc.)
  • Aérer les locaux fermés avant et pendant leur nettoyage
  • Utiliser l’aspirateur plutôt que le balai
  • Ne pas utiliser de jets d’eau à haute pression
  • Lutter contre la présence des rongeurs dans les locaux
  • Dératiser les habitations situées en forêt ou en bordure de forêt, ainsi que les granges, caves, remises…
  • Empêcher l’accès des rongeurs aux habitations
  • Eviter de les attirer : mettre les aliments dans des endroits fermés et inaccessibles aux rongeurs
  • Eliminer les abris utilisables par les rongeurs (stockage de bois…)
  • Mettre un pansement sur une blessure avant de manipuler du bois ou de travailler la terre.
  • Eviter de manipuler des rongeurs vivants ou morts ou leurs nids. Porter des gants en caoutchouc ou en latex.

Pour les personnes susceptibles d’être en contact avec des rongeurs ou leurs excrétions, il est nécessaire de respecter les règles d’hygiène suivantes :

  • Pour les travailleurs dans la nature : se laver les mains (eau et savon), systématiquement avant les repas, les pauses, et en fin de journée de travail
  • Laver toute plaie, savonner puis rincer, désinfecter et recouvrir d’un pansement imperméable, avant de manipuler du bois ou de travailler la terre en bordure de forêt 
  • Nettoyer régulièrement les vêtements de travail, gants, bottes.

Enfin, l’on tient à rassurer les populations que les sept personnes testées positives à ce virus ont pu rentrer chez eux après une prise en charge médicale et qu’ils vont mieux.

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi