Henri Konan Bédié s’est-il rallié à Alassane Ouattara par peur ?

Henri Konan Bédié s’est-il rallié à Alassane Ouattara par peur?
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

L’ex-président Henri Konan Bédié et le président ivoirien Alassane Ouattara, son principal opposant, se sont rencontrés ce mercredi à Abidjan.

Cette rencontre qui aurait pour but de « briser la glace » affin de permettre à Alassane Ouattara un troisième mandant paisible, est vu de loin comme une « traitrise » de Bédié envers l’opposition.

Cependant, il s’avère qu’elle était destinée à apaiser les violences électorales meurtrières qui ont fait de nombreuses morts dans le pays d’après les allégations prononcées au cours de l’assise.

En observant les arrestations survenues ces derniers temps, la question de la peur n’est pas à écarter. Il se pourrait que Bédié soit contraint de faire ce que Ouattara lui demande par peur de représailles dangereuses, au vu des enlèvements et arrestations de certains membres de l’opposition.

« C’était une première rencontre pour briser la glace et rétablir la confiance », a déclaré M. Ouattara, au terme de l’entrevue qui a duré une quarantaine de minutes à l’hôtel du Golf.

« Nous avons pu briser le mur de glace et le mur de silence », a renchéri M. Bédié, les deux hommes promettant d’autres rencontres à venir, lors d’un bref point de presse commun dans le hall de l’hôtel, devant une centaine de journalistes.

Lire aussi : Yvidero est-elle lesbienne ? La star s’explique

« Nous allons dans les jours et semaines à venir continuer à nous téléphoner et à nous rencontrer pour qu’enfin le pays soit ce qu’il était avant », a poursuivi M. Bédié, qui n’avait plus revu M. Ouattara depuis août 2018, après la rupture politique entre les deux hommes, longtemps alliés.

« La paix est la chose la plus chère à tous les deux et à tous les Ivoiriens et nous avons décidé d’œuvrer pour qu’il en soit ainsi », a expliqué le président Ouattara, alors que la Côte d’Ivoire est secouée depuis trois mois par des violences électorales qui ont fait 85 morts et près de 500 blessés.

L’opposition conteste la réélection de M. Ouattara pour un troisième mandat, qu’elle juge inconstitutionnel. Elle a proclamé un régime de « transition » dirigé par M. Bédié. Elle a lancé une campagne de « désobéissance civile » et boycotté le scrutin présidentiel du 31 octobre.

Le pouvoir a riposté en faisant arrêter ou bloquer à leurs domiciles les leaders de l’opposition, dont son porte-parole l’ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan. Le domicile de M. Bédié avait aussi été bloqué, mais les forces de l’ordre ont levé le camp mercredi, une des conditions posées pour la rencontre.

Avec Afriqueactuelle

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi