«Il m’a balancé mes enfants soldats qui sont venus m’encercler pendant 52 jours…applaudissez pour lui», Voici la réponse de Yayi Boni à Talon

Yayi Boni Talon
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Les deux derniers présidents du Bénin ne sont plus en bon terme depuis un bon moment et le temps est peut-être venu pour la réconciliation. C’est l’essentiel de ce qui se cache derrière les dernières actions du président béninois Patrice Talon.

Lire aussi : Bénin : Plus de 547 élèves enceintées lors du congé de confinement

Lors de sa visite à Parakou, le Président de la République avait déclaré vouloir se réconcilier avec l’ex-président Boni Yayi après les mésententes qui avaient jasé pendant les élections législatives et qui ont mis Cotonou en ébullition.

«Je vous demande, vous, sages et notables de Parakou à travailler à ma réconciliation avec mon aîné Boni Yayi. Boni Yayi et moi étions comme de petit frère et grand frère», avait imploré Patrice Talon.

Concernant la scène de Dantokpa, Yayi Boni en profite pour en rajouter une couche :

 «Il a reconnu que je suis son grand-frère. En Afrique, c’est le “grandfrérisme” qui joue. Vrai ou faux ? Avant cela à Dantokpa avec mon cher papa, ainé, le président Soglo qui fait bientôt 92 ans, notre cher petit frère président s’est permis de nous combler de gaz lacrymogène pendant que nous demandons le retour de la démocratie et de l’Etat de droit dans notre pays. Il y a lieu de le remercier infiniment», a-t-il fulminé dans un ton sarcastique.

«Lorsque nous avons quitté Dantokpa, c’est une grosse pluie qui s’est abattue. Cela veut dire quoi? La gloire du Seigneur Jésus. Je vous remercie. En tout cas, il est notre jeune frère et il demande aujourd’hui une réconciliation», a ajouté l’ancien président.

Mais après tout, Yayi Boni tient à rappeler aux béninois et surtout aux militants du parti Les Démocrates qu’il «n’a rien de particulier avec Talon», autrement dit :

«je ne suis pas contre sa personne physique parce qu’il est une créature de Dieu, mais attention là où nous ne retrouvons pas, c’est sa gouvernance qui chicotte en ce moment tout un peuple».

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi