Instagram : L’entreprise veut masquer les likes sous les publications pour baisser la pression sociale

Instagram masquer les likes abonnés pression sociale
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Instagram teste l’option « masquer les likes » sous les photos de ses abonnés pour que ces derniers arrêtent de toujours rechercher la validation auprès des autres internautes.

Tout d’abord, auparavant, une de ces expériences a été faite sur le réseau social Facebook, dirigé aussi par Mark Zuckerberg et les résultats sont mitigés. Aussi, Facebook a annoncé qu’elle va rajouter la fonctionnalité selon laquelle les internautes choisiront s’ils voulaient cacher leur likes ou pas.

 » Ils (les internautes) pourront ainsi décider d’activer l’option qui leur convient davantage, qu’il s’agisse de choisir de ne pas voir le nombre de likes sur les publications d’autrui, de désactiver les likes sur ses propres publications ou encore de conserver l’expérience originale« 

LIRE AUSSI : Twitter : Voici les raisons pour lesquelles le géant technologique s’installe au Ghana

Auparavant, en 2019, quand Instagram avait décidé sans avertir de cacher les likes de certains abonnés, la majorité des concernés a déclaré que ce nombre les renseignait sur les contenus qui ont plu ou pas aux gens qui les suivaient et que c’était un indicateur.

Certains par contre ont assuré avoir vu la pression sociale baisser.

Instagram teste l'option de masquer les « likes » pour faire baisser la pression  sociale - La Roche sur Yon.maville.com

Il faut noter que cette façon de faire n’empêche pas les internautes de voir leur propre nombre de likes en cliquant sur une page différente. A l’époque, dans un communiqué, l’entreprise a expliqué pourquoi il a voulu réaliser ce type d’expérience :

« Nous faisons cette expérience parce que nous souhaitons que nos utilisateurs se concentrent sur les photos et les vidéos partagées, pas sur le nombre de likes qu’ils recueillent, avait déclaré un porte-parole d’Instagram en juillet 2019. Nous ne voulons pas qu’Instagram donne l’impression d’être une compétition »

Il est vrai que les réseaux sociaux, dans beaucoup de cas, ont donné naissance à des complexes d’infériorité chez les adolescents surtout. Ils sont malheureusement convaincus que si leur nombre diminue avec le temps, c’est sûrement parce qu’on les aimait de moins en moins. De nombreux cas de depression sont apparus créant ainsi une génération cherchant inlassablement une validation auprès des autres en ligne.

0

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi