“Je le dévisage comme on scrute un tableau de maître…” : Nathalie Koah revient sur sa première rencontre avec Samuel Eto’o

"Je le dévisage comme on scrute un tableau de maître..." : Nathalie Koah revient sur sa première rencontre avec Samuel Eto'o

Dans son ouvrage Revenge Porn, l’influenceuse camerounaise se remémore son idylle avec l’international Samuel Eto’o. Pendant des années, Nathalie Koah a été la maîtresse de l’actuel président de la Fecafoot. Mais la fin de leur histoire n’a pas été très belle.

La rencontre entre Nathalie Koah et Samuel Eto’o s’est faite par le biais de la sœur de celui qui était le compagnon de l’influenceuse à l’époque. Fait surprenant !

La nommée Léonie qui était à la tête d’une structure de communication évènementielle voulait à tout prix que Samuel Eto’o soit présent à un de ses évènements. C’est donc dans les démarches entreprises avec sa belle-sœur pour joindre le footballeur que Nathalie Koah rencontre Samuel Eto’o pour la première fois et tombe sous son charme.

Lire aussi :  Affaire Brigitte Macron transsexuelle : La 1ère dame va porter plainte !

Voici un extrait de l’ouvrage, où l’influenceuse camerounaise décrit les sentiments qui l’ont animée dès l’instant qu’elle a croisé le célèbre footballeur.

Je veux à tout prix garder mon sang-froid. Ne surtout pas montrer que je suis en train de défaillir. Je rassemble toutes mes forces pour contenir l’état de surexcitation qui est le mien. Non, ne fais pas ta groupie, ce serait ridicule. Je reste assise là, faussement indifférente, le regard vide, tenant le sac de Léonie en attendant. Cinq secondes plus tard, je l’entends m’appeler. Je me retourne. Ils sont là, à deux mètres de moi. Léonie veut sûrement récupérer son sac pour en sortir l’invitation destinée à Samuel.

Je le lui tends en évitant soigneusement le regard du numéro 9. Rien n’y fait : j’aperçois sa main qui se dirige vers la mienne. Impossible d’y couper. Je la lui serre en fixant mes chaussures. Je sens ses doigts se refermer sur les miens. J’ai envie de courir me cacher sous un siège. Il ne veut rien lâcher, et continue de me tenir la main comme pour me forcer à plonger mon regard dans le sien. Mon flegme apparent va devenir suspect. Je cède. Son visage s’illumine. Pas un « bonjour », pas un « ça va ». Juste deux mots qui résonnent encore en moi.« Très belle ».



Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi