Joe Biden : Il annule l’interdiction de voyager au Nigéria, au Kirghizistan, en Tanzanie, etc

Joe Biden redécore le bureau ovale
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le président américain Joe Biden, lors de son premier jour de fonction, a signé une série d’actions de l’exécutif pour inverser les politiques de l’administration Donald Trump en matière d’immigration et autres.

Quelques heures après avoir pris ses fonctions, Biden a publié un décret pour mettre fin à « l’interdiction de voyager musulmane» controversée de Trump, qui bloquait les voyages aux États-Unis en provenance de plusieurs pays à prédominance musulmane et africaine.

Joe Biden annule l'interdiction de voyager

Au cours de la première semaine de son mandat en 2017, Donald Trump a mis en œuvre l’interdiction musulmane initialement restreint les voyages à partir de sept pays à majorité musulmane : l’Iran, l’Irak, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen.

Lire aussi :

L’interdiction a fait face à plusieurs défis juridiques, mais la Cour suprême a confirmé la mesure en 2018.

En février 2020, Donald Trump a par la suite étendu l’interdiction pour inclure des restrictions supplémentaires sur les citoyens de six autres pays : le Myanmar, l’Érythrée, le Kirghizistan, le Nigéria, le Soudan et la Tanzanie.

Joe Biden annule l'interdiction de voyager

Le président Biden a demandé au département d’État de redémarrer le traitement des visas d’immigration pour les personnes des pays touchés et de développer des moyens de remédier au préjudice causé à ceux qui ont été empêchés de venir aux États-Unis en raison de l’interdiction, a rapporté le New York Times.

Mettre fin à l’interdiction était l’une des principales promesses de campagne de Joe Biden sur la politique d’immigration, et il a tenu parole.

L’American Civil Liberties Union, une organisation à but non lucratif de défense des droits civiques, a applaudi cette décision qualifiant la politique de voyage de Trump de « cruelle interdiction musulmane qui visait les Africains ».

Lire aussi :

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi