Joe Biden/Immigration : Ces 3 décrets très importants qui vont tout changer

Joe Biden immigration décrets
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Si la présidence de l’ancien président américain Donald Trump a étté marquée par une politique hostile à l’immigration, son successeur Joe Biden pourrait radoucir un peu plus les choses.

La task force inter-agence

L’un des décrets de Joe Biden prévoit la mise en place d’une task force inter-agences – dirigée par le secrétaire à la sécurité intérieure récemment confirmé, Alejandro Mayorkas – pour superviser les regroupements familiaux.

Révisions des politiques d’immigration de Donald Trump

Les deuxième et troisième ordonnances ont consacré mardi une révision des politiques d’immigration de Donald Trump qui ont réduit le droit à l’asile, ralenti l’immigration légale aux États-Unis et annulé le financement des pays étrangers.

S’exprimant à la Maison Blanche, M. Biden a déclaré

« Nous allons travailler à défaire la honte morale et nationale de l’administration précédente qui, littéralement, et non au sens figué, a arraché les enfants des bras de leurs familles, de leurs mères et de leurs pères, à la frontière et sans aucun plan, aucun plan, pour réunir les enfants qui sont toujours en garde à vue et leurs parents ».

Le président Biden a également proposé une législation visant à accorder un statut juridique et une voie vers la citoyenneté à l’ensemble des quelque 11 millions de personnes sans papiers aux États-Unis.

LIRE AUSSI : Maison-Blanche : Joe Biden révoque 12 décrets signés par Trump

Mais les analystes affirment que le nouveau président a jusqu’à présent évité de revenir sur la politique de la fermeté de Trump afin d’éviter une augmentation de l’immigration clandestine à la frontière sud.

Lors de la réunion d’information de mardi à la Maison Blanche, l’attachée de presse Jen Psaki a déclaré que l’administration était déterminée à mettre en place un système d’immigration « moral » et « humain ». Mais jusqu’à ce que cela se produise, a-t-elle ajouté, ce n’est « pas le moment de venir aux États-Unis ».

1
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi