Junior Natabou : Ce Béninois devient millionnaire à 17 ans selon Forbes

Junior Natabou
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le jeune prodige du numérique Junior Natabou fait désormais partie des millionnaires. Agé seulement de 17 ans, le jeune béninois vient d’être classé par le magazine Forbes parmi les millionnaires en dollars dans le monde. Un bel exemple pour tous les jeunes du continent en quête de réussite.

Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années !

Un jeune homme curieux et ambitieux

Dès l’âge de 14 ans, Junior Natabou s’intéresse au monde du numérique et assouvit sa soif de connaissances en regardant de nombreux documentaires et reportages sur le web, et tout particulièrement sur la plateforme YouTube. Il se lance tout d’abord dans la robotique avec un ami, puis décide d’ouvrir une agence de communication digitale, avant de se tourner finalement vers l’e-commerce. Avant de lancer ses boutiques en ligne, il suit les cours de Yomi Denzel, un jeune homme comme lui qui a réussi dans le monde de l’e-commerce. Ses formations vont lui apprendre les bases. Persévérant, il teste différents produits pendant près d’un an, puis il finit par rencontrer le succès. À partir de là, en moins d’un an, il dépasse le million d’euros de chiffre d’affaires.

Lire aussi :USA 2020 : Kanye West devient candidat à la vice-présidence d’un autre parti

Junior Natabou : un modèle à suivre

Junior Natabou est un modèle de ténacité. Il prouve que, malgré les difficultés, il est possible d’atteindre le but que l’on s’est fixé à force de travail et de persévérance. Et des difficultés, il en a connues. En effet, le fait de vivre en Afrique est déjà un handicap par rapport à l’accès à certaines ressources facilement utilisées ailleurs, notamment Stripe ou PayPal. Et puis, au Bénin, le chemin est soi-disant tout tracé pour les jeunes : il faut forcément exceller en classe pour avoir la possibilité d’intégrer de grandes écoles. C’est la seule chance de s’en sortir d’après les adultes. Aussi, Junior Natabou s’est heurté à son entourage qui ne comprenait pas ses choix et qui ne le soutenait pas. Il s’est battu seul pour fonder ce qu’il a bâti. Même si personne ne croyait en son projet, il a continué sur sa voie, faisant preuve d’une grande maturité et d’une grande volonté. Désormais, il est un exemple pour les jeunes africains, mais pas qu’eux, qui se rendent compte qu’une autre voie est possible et que le monde du numérique peut leur ouvrir le champ des possibles à eux aussi. 

Une réussite née de nombreux sacrifices

Junior Natabou le dit clairement : réussir dans l’e-commerce n’est pas si facile malgré ce que l’on pourrait croire. Au départ, il a mis du temps avant d’obtenir des résultats et a testé divers marchés, différents produits. Mais il n’a jamais considéré ses tentatives comme des échecs, plutôt comme des expériences utiles. Il faut avoir en tête que réussir est le rêve d’une vie pour persévérer encore et encore. C’est beaucoup de travail et de temps. Il faut investir sur soi-même en se formant avec les meilleurs, en permanence. D’ailleurs, il réinvestit une grande partie de ses gains, notamment en formation, car les choses évoluent vite dans le milieu du numérique. Fort de ses expériences à seulement 17 ans, Junior Natabou envisage désormais de lancer ses propres marques dans le domaine de la santé, du fitness et de la beauté. Pour lui, ce sont des secteurs porteurs, puisque tout un chacun aspire à se sentir bien, beau et en forme. Le but de Junior Natabou est donc d’aider les gens à s’épanouir physiquement et moralement par le biais de produits ciblés et utiles, ayant une réelle valeur ajoutée pour les clients.

2

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi